Publications du Service canadien des forêts

Coppice growth responses of two North American willows in acidic clay soils on coal mine overburden. 2014. Mosseler, A.; Major, J.E. Canadian Journal of Plant Science 94: 1269-1279.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 36313

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.4141/CJPS-2014-046

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Les déblais miniers à faible pH, qui libèrent des acides, entravent sérieusement les efforts de végétalisation et de restauration. Les auteurs ont comparé la croissance de 15 génotypes de deux espèces très communes de saule, Salix discolor Muhl. (DIS) et S. eriocephala Michx. (ERI), indigènes à l’est et au centre de l’Amérique du Nord sur deux sites adjacents de déblais miniers dont le pH (3,6 c. 6,8) et la texture du sol variaient considérablement. Malgré la réaction significativement plus faible de plusieurs caractères de croissance associés à la biomasse observée sur le dépôt d’argile très acide, comparativement aux résultats obtenus sur le mort-terrain d’ardoise adjacent, les clones se sont avérés étonnamment tolérants aux sols très acides. L’analyse du taux de survie et de la croissance révèle des interactions entre le génotype et l’environnement, signe qu’on pourrait se servir des écarts entre les espèces et les génotypes pour sélectionner des variétés mieux adaptées à des conditions extrêmes. La plupart des clones de ERI et de DIS poussent comparativement mieux sur l’ardoise, mais deux des huit clones de ERI et un des sept clones de DIS poussaient nettement mieux sur l’argile acide, ce qui laisse croire qu’on pourrait sélectionner des clones spécifiquement adaptés à certains sites. Les liens allométriques entre la hauteur des taillis et le diamètre des tiges à la base restent constants pour les deux espèces et les deux sites. On relève toutefois une différence dans la relation entre la hauteur/le diamètre et le rendement en biomasse verte aux deux endroits étudiés.

Résumé en langage clair et simple

Nous avons cherché à comprendre la relation entre le rendement en biomasse et divers caractères de croissance en taillis de deux espèces de saule indigènes de l’Amérique du Nord, Salix discolor et S. eriocephala, implantées dans des essais clonaux répétés en site commun menés à trois stations de qualité différente, mais de même climat, à Montréal (Québec) et Fredericton et Minto (Nouveau-Brunswick). Les saules en question sont très répandus dans l’est et le centre du Canada. Ils ont été choisis aux fins de plantations dont la biomasse est destinée à la production de bioénergie et aux secteurs de pointe des biomatériaux et des bioproduits chimiques. Nous avons trouvé une corrélation positive et significative entre le rendement en biomasse et la qualité de la station. De la même façon que la hauteur de la tige à un âge précis a été appliquée aux arbres à une seule tige, le rendement en biomasse pourrait être employé pour définir la qualité de la station (indice de station) aux fins de la production de bois. Nous avons mesuré la longueur de la tige et le diamètre de la tige à la base de 20 tiges ou moins par plante. Les mesures fondées sur la moyenne des trois tiges les plus longues de la plante avaient le rapport le plus étroit avec le rendement en biomasse. Elles offrent un moyen utile et non destructif pour estimer celui-ci. Les clones choisis de ces deux espèces de saule peuvent être implantés de façon économique. Un taillis de 2 ans a montré que des boutures non racinées et des cultures à courte révolution destinées à la production de biomasse peuvent produire de grandes quantités de biomasse dans des stations de qualité très diverse.