Publications du Service canadien des forêts

Biomass and root stem production of a colony-forming willow (Salix interior) on highly disturbed, low fertility sites. 2015. Mosseler, A.; Major, J.E. Biomass and Bioenergy 74: 202-212.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 36306

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.biombioe.2015.01.019

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Cette étude décrit la production de biomasse, la formation de colonies et de la propagation clonale par les racines d’un vaste éventail d’espèces de saules nord-américains, Salix interior de Rowlee (INT), l’un des rares saules qui se propagent au moyen de colonies qui se reproduisent de façon végétative, ce qui peut faire en sorte que des centaines de tiges poussent à partir d’un réseau de racines horizontales peu profondes. Huit clones (INT) ont été mis à l’essai dans le cadre d’une expérience dans un jardin commun sur deux types de sites distincts (morts-terrains de roche de schiste et sédiments d’érosion de gros gravier) avec une très faible quantité d’azote et d’éléments nutritifs sur l’ancien site d’une mine de charbon. La survie, la croissance en hauteur, la biomasse aérienne et le nombre de tiges de racines ont été quantifiés après 3 ans de croissance suivant la mise en place de boutures de tiges sans racines. Les différences entre les clones étaient importantes pour la survie et la hauteur à l’âge de 3 ans. Le taux de survie était considérablement plus élevé sur les dépôts de gros gravier que sur les morts-terrains de roche de schiste après la première et la troisième année, mais les différences n’étaient significatives qu’au cours de la première année. On a observé une corrélation positive importante entre la croissance en hauteur et la survie, qui sont tous deux des indicateurs de la vigueur des plantes. L’analyse des variations entre les clones du nombre de tiges de racines a montré un niveau intermédiaire d’importance (P = 0,083) et une interaction clone par site importante (P = 0,024). Sur les dépôts de gros gravier, les clones les plus vigoureux pour la croissance en hauteur ont également produit plus de tiges de racines, ce qui indique l’absence d’un compromis potentiel dans l’allocation des ressources en glucides entre la croissance en hauteur de l’ortet (plante-mère) et sa capacité à former des colonies et à se propager par tiges de racines. Toutefois, il n’y avait aucun lien entre la croissance en hauteur du clone et le nombre de tiges de racines sur les morts-terrains de roche. Les dépôts de délavage de sable et de gravier meuble ont favorisé une propagation du réseau de racines horizontales peu profondes plus rapide que les morts­terrains moins pénétrables de roche de schiste qui dominent l’ancien site de cette mine de charbon.

Résumé en langage clair et simple

Cette étude décrit la production de biomasse, la formation de colonies et la propagation clonale par tiges racinaires chez une espèce nord-américaine de saule occupant un vaste territoire, Salix interior (INT), une des rares espèces pouvant produire des colonies de centaines de tiges verticales à partir d’un réseau de racines horizontales peu profond. Huit clones INT ont été examinés dans deux types de sites (couverture de schiste argileux et sédiments de gros gravier d’érosion) comportant très peu d’azote et d’éléments nutritifs, sur une ancienne mine de charbon. La survie, la croissance en hauteur, la biomasse aérienne et le nombre de tiges racinaires ont été mesurés après trois années de croissance suivant l’établissement par bouturage. Les différences clonales se sont révélées importantes pour la survie et la hauteur. Nous avons constaté une corrélation positive significative entre la croissance en hauteur et la survie, les deux étant indicatrices de la vigueur de la plante. Dans le gravier, les clones les plus vigoureux pour la croissance en hauteur sont ceux qui ont produit le plus de tiges racinaires. Par rapport au schiste argileux qui prédomine dans cet ancien site minier, les dépôts de sable et de gravier ont favorisé un développement plus rapide du réseau peu profond de racines horizontales. Les saules qui forment des colonies comme l’INT peuvent éliminer la nécessité du réétablissement par plantation périodique, constituant ainsi un avantage majeur par rapport aux courtes rotations classiques des plantations de taillis de biomasse ligneuse. De plus, cette espèce envahit naturellement les anciens sites d’exploitation de sables bitumineux du nord de l’Alberta et représente un des meilleurs candidats pour la végétalisation des anciennes mines en vue de la restauration de la forêt.