Publications du Service canadien des forêts

Contrasting patterns of genetic diversity across the ranges of Pinus monticola and P. strobus: a comparison between eastern and western North American postglacial colonization histories. 2015. Nadeau, S.; Godbout, J.; Lamothe, M.; Gros-Louis, M.-C.; Isabel, N.; Ritland, K. Am. J. Bot. 102(8) 1342-1355.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 36218

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.3732/ajb.1500160

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Dans cette étude, les chercheurs ont démontré que la présence de barrières naturelles (chaînes de montagnes) a influencé les processus de recolonisation du pin argenté depuis la dernière glaciation et, conséquemment, sa diversité génétique. Le pin argenté se trouve principalement dans les régions montagneuses de l’ouest de l’Amérique du Nord. Une forte diminution de la diversité génétique de cette espèce a été observée vers le nord. Cela témoigne d’un processus de recolonisation impliquant de rares événements de dispersion des graines sur de grandes distances. De tels événements lui auraient permis de traverser les barrières naturelles.

À l’opposé, le pin blanc, qui pousse dans des régions moins montagneuses de l’est du continent, semble avoir été peu influencé par la présence de barrières naturelles lors de sa recolonisation. Des niveaux élevés de diversité génétique à travers toute son aire de répartition suggèrent que l’espèce a plutôt étendu progressivement son aire de distribution.

Chez chacune de ces deux espèces, les chercheurs ont de plus observé deux groupes génétiquement distincts ainsi que des sous-groupes à l’intérieur de chacun d’eux. Ces différents sous-groupes indiquent la présence de plusieurs refuges lors de la dernière glaciation. Ces résultats permettront d’ajuster les programmes de conservation de la diversité génétique. Ils aideront à prédire les effets des conditions climatiques futures sur les populations de pin argenté et de pin blanc.