Publications du Service canadien des forêts

Comparing carbon pools and tree growth in balsam fir (Abies balsamea [L.] Mill.) and black spruce (Picea mariana [Mill.] B.S.P.) forest ecosystems located along a climatic gradient. 2014. Larocque, G.R.; Paré, D.; Boutin, R.; Sarr, L.; Lacerte, V.; Ansseau, C. Écoscience 21:265-277.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 36168

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.2980/21-(3-4)-3701

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Le contenu en carbone (C) de plusieurs réservoirs forestiers, incluant les arbres, les espèces en sous-étage, les arbres morts au sol, la litière, les couches organiques et minérales du sol et les racines fines, ainsi que la croissance des arbres ont été comparés dans des écosystèmes de sapin baumier (Abies balsamea) et d’épinette noire (Picea mariana) localisés le long d’un gradient climatique dans l’est du Canada traversant des régions dont les températures moyennes annuelles diffèrent de 4 °C. Un total de 19 sites expérimentaux ont été établis, 12 dans des écosystèmes de sapin baumier et 7 dans des écosystèmes d’épinette noire. Les taux de croissance en diamètre à hauteur de poitrine (dhp) et en hauteur des tiges et les contenus en C des arbres, des espèces en sous-étage, des arbres morts au sol, de la litière et des couches organiques et minérales du sol ne différaient pas de façon significative entre les sites expérimentaux du nord et du sud (P < 0,05). Le seul réservoir de C qui différait significativement entre les régions était celui des racines fines. Les données de cernes annuels recueillies sur les arbres plus grands que 5 cm au dhp dans tous les sites ont été reliées aux données climatiques annuelles entre avril et octobre, la saison active sur le plan physiologique aux latitudes de l’étude. Les relations obtenues indiquaient que les effets différentiels des variables climatiques significatives le long du gradient climatique étaient plus importants pour l’épinette noire que pour le sapin baumier. Ces résultats suggèrent que les changements dans les conditions climatiques au cours des 100 prochaines années n’auront possiblement qu’un effet relativement faible sur la productivité et l’allocation de carbone dans les 2 types forestiers étudiés lorsque situés à l'intérieur d'une gamme de conditions climatiques similaires à celles de la présente étude.

Résumé en langage clair et simple

Les résultats de cette étude démontrent que la température moyenne annuelle a un effet peu prononcé sur l’allocation de carbone dans les écosystèmes de sapins baumiers et d’épinettes noires localisés dans des limites similaires de conditions climatiques.

L’objectif de ces travaux de recherche était d’examiner jusqu’à quel point le contenu en carbone des écosystèmes de sapins baumiers et d’épinettes noires pouvait différer le long d’un gradient climatique d’environ 4 °C dans l’est du Canada. Les chercheurs n’y ont pas trouvé de différences significatives dans les contenus en carbone des arbres, des espèces de sous-bois, des tiges mortes, de la litière et du sol des sites expérimentaux. Seul le réservoir de carbone des racines fines a montré des différences significatives entre les sites expérimentaux.

L’écosystème de la forêt boréale a une grande influence sur le cycle global du carbone. Près de 25 % du carbone terrestre y est contenu. Le sapin baumier et l’épinette noire sont les deux espèces dominantes de cet écosystème.

Programmes de financement

  • Programme innovation forêts
Comparing carbon pools and tree growth in balsam fir (_Abies balsamea_ [L.] Mill.) and black spruce (_Picea mariana_ [Mill.] B.S.P.) forest ecosystems located along a climatic gradient.
Dernière mise à jour :