Publications du Service canadien des forêts

Fine-scale winter resource selection by American martens in boreal forests and the effect of snow depth on access to course woody debris. 2014. Wiebe, P.A.; Thompson, I.D.; McKague, C.I.; Fryxell, J.M. Ecoscience 21(2):123-132.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 36060

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.2980/21-2-3687

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Une bonne gestion de la forêt boréale nécessite de connaître à quelles échelles les espèces d'intérêt utilisent les ressources dans leur environnement. La sélection d'habitats à fine échelle par les martres d'Amérique (Martes americana) à l'intérieur de leur domaine vital n'a pas été bien étudiée en forêt boréale, bien que l'importance des débris ligneux au sol pour la chasse et le repos en hiver semble être presque universelle. Nous avons examiné la sélection d'habitats d'hiver par des martres portant un collier émetteur à un moment où la population était à son plus bas niveau en 5 ans près de Kapuskasing (Ontario, Canada). Des modèles à haute résolution ont été développés en utilisant des données d'habitats récoltées à partir d'un suivi des traces dans la neige de 5 martres résidentes. Les modèles de sélection des ressources ont été comparés en utilisant une approche basée sur la théorie de l'information et la performance des modèles a été évaluée selon leur capacité à classifier correctement des événements d'utilisation des ressources par les martres. Nos modèles suggéraient que les martres sélectionnaient des sites à l'intérieur du domaine vital ayant un meilleur accès subnival à des débris ligneux grossiers (DLG) de grande taille, une densité moyenne de grands conifères et une proportion plus élevée de thuyas occidentaux (Thuja occidentalis) en comparaison avec d'autres sites choisis aléatoirement dans le domaine vital. L'accès subnival aux DLG diminuait avec l'augmentation de la profondeur de la neige et les sites utilisés par les martres avaient systématiquement un meilleur accès aux DLG en comparaison avec des sites aléatoires du domaine vital pour toute la gamme de profondeurs de neige mesurées. Les martres utilisaient des secteurs où la neige était moins profonde que la moyenne du domaine vital. Notre étude illustre comment des données à haute résolution peuvent améliorer notre capacité à prédire l'utilisation des ressources par les martres. Elle suggère aussi que le fait d'intégrer des caractéristiques de plus petite échelle que le peuplement comme de conserver des parcelles de thuya occidental et de s'assurer qu'un nombre suffisant de DLG soit présent durant la succession forestière peut améliorer notre capacité à bien gérer la forêt boréale pour des espèces comme la martre qui préfèrent des peuplements plus âgés.

Résumé en langage clair et simple

Pour réussir l’aménagement de la forêt boréale, il faut comprendre l’échelle à partir de laquelle les espèces utilisent les ressources. La sélection d’habitats à très petite échelle par la martre d’Amérique n’a pas fait l’objet d’études poussées dans la forêt boréale, bien que l’importance du bois au sol pour la chasse et le repos en hiver semble universelle. Nous avons examiné la sélection d’habitats d’hiver utilisés par des martres porteuses de colliers émetteurs près de Kapuskasing (Ontario), au Canada. Des modèles de sélection de ressources ont été comparés; l’efficacité des modèles a été évaluée en fonction de la capacité de correctement établir les catégories d’utilisation de ressources. Notre modèle suggère que la martre choisit, au sein de son domaine vital, des lieux où les débris ligneux grossiers sont plus abondants, où la densité des grands conifères est moyenne et où la proportion de thuyas occidentaux est plus élevée que dans des sites aléatoires. Les martres ont choisi des lieux de chasse où l’épaisseur de la neige était inférieure à l’épaisseur moyenne dans les domaines vitaux, ce qui démontre l’importance du couvert de conifères dans des forêts boréales. Notre étude permet de constater l’efficacité de données à résolution fine pour accroître la prévisibilité des choix de lieux pour l’utilisation des ressources et suggère que l’intégration de données à résolution fine peut accroître notre capacité à réussir l’aménagement de la forêt boréale en fonction d’espèces, telles que la martre, qui préfèrent des peuplements plus âgés.

Dernière mise à jour :