Publications du Service canadien des forêts

Wolves adapt territory size, not pack size to local habitat quality. 2015. Kittle, A.M.; Anderson,M.; Avgar, T.; Baker, J.A.; Brown,G.S.;Hagens, J.; Iwachewski, E.; Moffat, S.; Mosser, A.; Patterson, B.R.; Reid, D.E.; Rodgers, A.R.; Shuter, J.; Street, G.M.; Thompson, I.D.; Vander Vennen, L.M; Fryxell, J.M. Journal of Animal Ecology. DOI 10.1111/1365-2656.12366.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 35991

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1111/1365-2656.12366

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Nous avons utilisé la radio-télémétrie GPS pour étudier 34 meutes de loups en hiver dans le nord de l’Ontario afin de relever les facteurs qui influencent leur utilisation de l’espace. Nous avons constaté que les loups fréquentent plus souvent les espaces situés à proximité de peuplements feuillus, mixtes ou perturbés, lesquels sont prisés par les orignaux (leur proie préférée), qui sont situés près de corridors linéaires, comme les rivages et les réseaux routiers. Nos résultats suggèrent aussi que les loups des écosystèmes boréaux altèrent l’étendue de leur territoire plutôt que la taille de leur meute en réponse aux variations locales en matière de qualité d’habitat. Il pourrait s’agir d’une stratégie d’adaptation qui permet d’équilibrer les compromis entre l’impact entraîné par la défense du territoire et l’énergie nécessaire pour acquérir des ressources. La variation de la taille de la meute pourrait être liée à d’autres facteurs, comme la compétition entre les meutes de loups.

Dernière mise à jour :