Publications du Service canadien des forêts

Using salvage logging and tolerance to risk to reduce the impact of forest fires on timber supply calculations. 2015. Leduc, A.; Bernier, P.Y.; Mansuy, N.; Raulier, F.; Gauthier, S.; Bergeron, Y. Can. J. For. Res. 45:480-486.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35943

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjfr-2014-0434

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Abstract

Il est reconnu que les feux de forêt d'origine naturelle ne peuvent pas et même ne doivent pas être éliminés de la forêt boréale nord-américaine. Les feux de forêt occasionnent des pertes immédiates de volume de bois, perturbent la conversion de la structure courante d'âge de la forêt vers une structure cible et empêchent l'approvisionnement planifié en bois (APB) d'être atteint de manière constante. Dans cet article, nous explorons dans quelle mesure les déficits périodiques en bois disponible causés par divers risques de feux peuvent être atténués par la coupe de récupération et par le degré de tolérance des gestionnaires forestiers face à ces déficits, et ceci en fonction de la structure d'âge des forêts. Les simulations sont faites en utilisant une représentation temporelle déterministe et stochastique des feux. Les résultats montrent que la fréquence des périodes en déficit de bois peut être réduite par la coupe de récupération et par l'introduction de mesures de tolérance à ces déficits, et que ce potentiel d'atténuation est influencé par la structure d'âge de la forêt initiale et par le niveau de pertes par le feu. Les résultats montrent également que meme un taux de coupe de récupération à 100 % ne peut pas compenser entièrement les pertes de bois par le feu et éliminer les déficits périodiques qui en résultent. En outre, l'ajout de la variabilité interannuelle des feux réduit l'efficacité des deux mesures d'atténuation. Enfin, puisque l'APB n'est en fait jamais réalisé dans les forêts sujettes aux feux, le coût réel d'une réduction l'APB doit être estimé non pas par la différence l'APB, mais plutôt par la différence plus réaliste de récolte de bois réalisée.

Résumé en langage clair et simple

Cette étude montre que la fréquence des déficits périodiques d’approvisionnement en matières ligneuses dû aux feux de forêt peut être partiellement réduite par la coupe de récupération et par une tolérance accrue à ces déficits par les aménagistes forestiers.

Les feux de forêt occasionnent des pertes immédiates de volume de matières ligneuses, ce qui perturbe l’approvisionnement en bois planifié par les aménagistes forestiers. Les coupes de récupération après feu diminuent ces pertes.