Publications du Service canadien des forêts

Nine-year changes in carbon dynamics following different intensities of harvesting in boreal aspen stands. 2015. Strukelj, M.; Brais, S.; Paré, D. Eur. J. For. Res. 134:737-754.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35936

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1007/s10342-015-0880-4

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Sur une période de 9 ans, les chercheurs ont étudié la répartition du carbone dans des forêts boréales mixtes (composées de feuillus et de conifères) à la suite de quatre traitements : la non-récolte, la coupe partielle de deux intensités différentes et la coupe totale. Voici les principaux constats de leur comparaison de l’effet des coupes partielles sur le carbone par rapport aux autres traitements.

Carbone dans les arbres morts (debout ou au sol) : Dans les peuplements partiellement récoltés, la quantité d’arbres morts (debout ou au sol) est similaire à celle des peuplements non récoltés.

Flux de carbone au sol : La nature des apports de litière au sol divergeait fortement entre les coupes partielles et les coupes totales. Dans les peuplements coupés, la quantité de litière de feuilles redevenait rapidement équivalente à celles des peuplements non coupés. Par contre, durant les 9 années suivant la coupe, la production de bois mort dans les coupes partielles était similaire à celle observée dans les peuplements non coupés, mais elle était pratiquement nulle dans les forêts en coupe totale. Cela fait en sorte que la qualité de la litière qui tombe au sol dans les forêts coupées en totalité est différente de celle de tous les autres traitements.

Carbone dans le sol : Aucun traitement n’a eu d’incidence détectable sur le carbone du sol minéral.

Capture de carbone par l’écosystème forestier : Après une coupe partielle, la forêt demeure un puits de carbone alors qu’elle devient une source pendant quelques années dans les peuplements en coupe totale. Une analyse à l’échelle de l’unité d’aménagement est nécessaire pour connaitre les conséquences sur les flux de carbone à l’échelle du territoire forestier.

Les forêts sont importantes pour le cycle du carbone. Ces travaux contribuent à augmenter nos connaissances sur les effets du type de coupe sur le cycle du carbone.