Publications du Service canadien des forêts

Benefits of aggregate green tree retention to boreal forest birds. 2015. Venier, L.A.; Dalley, K.; Goulet, P.; Mills, S.; Pitt, D.; Cowcill, K. Forest Ecology and Management 343:80-87.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 35925

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1016/j.foreeco.2015.01.024

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Nous évaluons la fonction de rétention des arbres en groupe pour les oiseaux des forêts boréales dans une forêt mixte boréale. Nous avons comparé des parcelles résiduelles insulaires et péninsulaires mesurant de 0,51 ha à 4,22 ha dans une matrice récoltée avec des parcelles en rétention dispersée et d’autres en forêt intacte afin d’évaluer leur utilité pour les oiseaux forestiers. Nous avons constaté que les communautés d’oiseaux forestiers étaient très différentes dans les trois traitements et que les communautés d’oiseaux dans les parcelles résiduelles se trouvaient dans des conditions intermédiaires entre la forêt intacte et les parcelles récoltées en rétention dispersée. Dans les parcelles résiduelles, nous avons observé 12 espèces forestières principales, dont le grimpereau brun, la paruline couronnée, le pic maculé et la paruline bleue, à des niveaux d’abondance se situant entre ceux des parcelles en rétention dispersée et ceux de la forêt intacte. Les parcelles résiduelles semblent constituer un habitat important pour ces espèces dans une matrice récoltée, mais on y retrouve des niveaux d’abondance moins élevés qu’en forêt intacte. Sur les 12 principales espèces forestières retrouvées dans les parcelles résiduelles, huit avaient s’étaient reproduites. Nos résultats suggèrent que les parcelles de rétention d’arbres en groupe offrent un habitat de reproduction de qualité à un vaste groupe d’espèces forestières; toutefois, ces parcelles ne sont pas l’équivalent de forêts contiguës, ce qui suggère qu’on devrait maintenir des portions de forêt intacte dans les paysages.

Dernière mise à jour :