Publications du Service canadien des forêts

Buried wood: a common yet poorly documented form of deadwood. 2015. Moroni, M.T.; Morris, D.M.; Shaw, C.; Stokland, J.N.; Harmon, M.E.; Fenton, N.J.; Merganičová, K.; Merganič, J.; Okabe, K.; Hagemann, U. Ecosystems 18(4):605-628.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35918

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1007/s10021-015-9850-4

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Lorsque des arbres meurent dans la forêt et qu’ils tombent au sol, le bois, surtout celui du tronc, peut être enseveli sous une couverture végétale dont la croissance est rapide. Comme le bois n’est pas visible à la surface, on a tendance à négliger son rôle écologique. Bien souvent, il est présumé que le bois a été retiré de la forêt, soit en se décomposant, soit en étant brûlé lors d’un feu. Dans le cadre de cette étude, nous avons combiné des observations publiées antérieurement et de nouvelles observations faites sur le bois enfoui dans une gamme variée de types de forêt d’un peu partout à travers le monde. Nous voulions ainsi cerner les types de forêt où l’enfouissement du bois pourrait être un processus important et estimer la quantité de bois enfoui. Nos recherches nous ont amenés à conclure que le processus d’enfouissement revêt une importance particulière dans les forêts de la zone boréale où le diamètre des troncs est petit, la couverture végétale est dominée par des mousses et le climat est froid et humide. Il est important d’intégrer le processus d’enfouissement du bois dans les modèles informatiques servant au calcul des budgets de carbone forestier de la zone boréale, car les résultats reflètent plus fidèlement la quantité de carbone stockée dans la forêt et la quantité qui est libérée dans l’atmosphère sous forme de gaz à effet de serre. Ces calculs sont importants puisqu’ils aident le Canada à estimer de façon plus précise son budget de carbone et à respecter ses obligations redditionnelles à l’échelle nationale et mondiale.