Publications du Service canadien des forêts

Life-stage differences in spatial genetic structure in an irruptive forest insect: implications for dispersal and spatial synchrony. 2014. James, P.M.A.; Cooke, B.; Brunet, B.M.T.; Lumley, L.M.; Sperling, F.A.H.; Fortin, M.-J.; Quinn, V.S.; Sturtevant, B.R. Molecular Ecology 24(2):296-309.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35905

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/mec.13025

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La dynamique des populations cycliques et ses conséquences génétiques font depuis longtemps l’objet d’études écologiques. La tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) est une espèce cyclique qui suscite un intérêt particulier puisqu’elle est cause d’infestations qui font augmenter sa population à divers degrés, ce qui entraîne d’importantes conséquences économiques. Nous avons analysé la tendance quant à la variabilité génétique de la TBE au fil du temps sur une grande superficie du Minnesota et du nord-ouest de l’Ontario, afin de voir la relation d’inférence de la structure génétique et du flux génétique entre les populations. À l’aide d’une série de marqueurs génétiques « microsatellites » très variables, nous avons démontré : 1) que le flux génétique entre les populations est certes très élevé sur toute la zone étudiée; 2) qu’il existe d’importantes différences génétiques entre l’étape adulte (papillon) et juvénile (larve); 3) qu’une seule infestation localisée de la TBE dans le nord-ouest du Minnesota était la source probable des papillons de nuit trouvés sur la rive du lac Supérieur, des centaines de kilomètres à l’est. Cette étude démontre le potentiel et les défis que représente l’utilisation des méthodes moléculaires pour distinguer les permanents des migrants. Plus d’études sur la dynamique des populations, grâce à l’analyse génétique, pourraient nous aider à mieux comprendre les mécanismes qui influent sur les cycles des populations.