Publications du Service canadien des forêts

The development of universal response functions to facilitate climate smart regeneration of black spruce and white pine in Ontario, Canada. 2015. Yang, J.; Pedlar, J.J.; McKenney, D.W.; Weersink, A. Forest Ecology and Management 339:34-43.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 35893

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1016/j.foreco.2014.12.001

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

On s’attend à ce que le changement climatique ait des répercussions sur les taux de croissance et de survie des forêts, car les arbres seront exposés à des climats auxquels ils sont mal adaptés. Nous avons estimé des fonctions de réponses universelles pour deux espèces arborescentes importantes sur les plans économique et écologique dans l’est du Canada : l’épinette noire et le pin blanc. L’approche de la fonction de réponse universelle modélise la croissance des arbres en fonction des effets environnementaux aussi bien que des données climatiques des lieux d’origine des graines (c.-à-d. les effets génétiques), ce qui permet d’estimer la croissance des graines, peu importe le lieu d’origine. Les deux espèces ont révélé un effet génétique faible, ce qui laisse entrevoir un potentiel limité de déplacement des semences pour atténuer les répercussions du changement climatique. La provenance optimale pour n’importe quel lieu se trouvait dans les milieux qui étaient plus chaud d’environ 1,5 °C que le lieu de plantation; ce changement est constant, pour ce qui est de la direction et de la magnitude, avec celui escompté en raison du réchauffement du climat depuis le début de la révolution industrielle. Les deux espèces ont montré une forte incidence sur l’environnement et des signes évidents d’un optimum climatique central. Par conséquent, on s’attend à ce que le réchauffement du climat améliore la croissance de l’épinette noire sur les sites où la température annuelle moyenne est plus froide que 4,5 °C environ, et celle du pin blanc sur les sites où la température est plus froide que 11 °C. Les populations de pins blancs en Ontario pourraient profiter des changements climatiques prévus dans la province au cours des 50 à 100 prochaines années. Les populations d’épinettes noires dans le sud et le centre de données pour avoir une meilleure confiance envers les résultats.

Dernière mise à jour :