Publications du Service canadien des forêts

Too much of a good thing: landscape-scale facilitation eventually turns into competition between a lepidopteran defoliater and a bark beetle. 2015. Goodsman, D.; Goodsman, J.; McKenney, D.W.; Lieffers, V.; Erbiligin, N. Landscape Ecology 30:301-312.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 35870

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1007/s10980-014-0139-3

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Dans les grandes infestations d’insectes forestiers, les zones infestées par de multiples espèces se chevauchent souvent dans le temps et l’espace. Par conséquent, les interactions entre insectes partageant un arbre hôte commun peuvent être évidentes à une grande échelle spatiale. Notre objectif était de déterminer si la défoliation par un lépidoptère nuisible (Choristoneura biennis) facilite les infestations subséquentes par le dendroctone de l’épinette (Dendroctonus rufipennis) à l’échelle du paysage. Nous avons converti les cartes des infestations historiques de_ C. biennis_ et de D. rufipennis en Colombie-Britannique entre 1978 et 2010 en grilles. Nous avons comparé les modèles de régression des dynamiques de D. rufipennis incluant les interactions entre les infestations par les deux espèces aux modèles qui les excluaient. Les modèles incluant les interactions entre les espèces à l’étude offraient un meilleur rendement que les autres. Une défoliation récente par C. biennis augmentait la probabilité d’infestation par D. rufipennis. En outre, les variables liant la défoliation par C. biennis à une infestation subséquente par D. rufipennis étaient plus importantes lorsque les infestations par D. rufipennis étaient ascendantes plutôt que descendantes. La défoliation par C. biennis semble promouvoir l’établissement de D. rufipennis dans les premières étapes de l’infestation par D. rufipennis et est sans doute un des nombreux facteurs permettant aux populations de scolytes d’exploser.