Publications du Service canadien des forêts

Changing forest water yields in response to climate warming: results from long-term experimental watershed sites across North America. 2014. Creed, I.F.; Spargo, A.T.; Jones, J.A.; Buttle, J.M.; Adams, M.B.; Beall, F.D.; Booth, E.G.; Campbell, J.; Clow, D.; Elder, K.; Green, M.B.; Grimm, N.B.; Miniat, C.; Ramlal, P.; Saha, A.;Sebestyen, S.; Spittlehouse, D., Sterling, S.; Williams, M.W.; Winkler, R.; Yao, H. Global Change Biology 20:3191-3208.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 35780

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/geb.12615

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Selon les prévisions, le réchauffement climatique perturbera l’apport en eau des forêts et ces effets seront variables. Cela est important, parce que des changements considérables de l’apport en eau pourraient mettre en péril les collectivités qui dépendent de ces ressources hydriques. Nous avons vérifié si le type et l’âge de la forêt pourraient perturber la résilience au réchauffement climatique, quant à l’apport en eau. Nous avons examiné la variabilité historique des apports en eau au cours de périodes froides et chaudes durant cinq ans, dans des bassins d’étude hydrographiques à long terme, dans l’ensemble du Canada et des É.-U. L’un de ces sites était le bassin hydrographique Turkey, pour lequel le SCF a offert du soutien. Le type de forêt semblait influer sur la résilience au réchauffement climatique quant à l’apport en eau des bassins hydrographiques : les bassins hydrographiques des forêts de conifères et des forêts caducifoliées semblent être plus vulnérables aux changements de l’apport en eau en raison du réchauffement climatique que les bassins hydrographiques plus diversifiés des forêts mixtes. C’est important pour les aménagistes forestiers, qui peuvent souhaiter accorder la priorité à la planification des bassins récepteurs boisés qui sont plus résilients au changement climatique, du point de vue hydrologique.