Publications du Service canadien des forêts

Simulating impacts of water stress on woody biomass in the southern boreal region of western Canada using a dynamic vegetation model. 2014. Chang, K.-H.; Price, D.T.; Chen, J.M.; Kurz, W.A.; Boisvenue, C.; Hogg, E.H.; Black, T.A.; Gonsamo, A.; Wu, C.; Hember, R.A. Agricultural and Forest Meteorology 198-199:142-154.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35739

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1016/j.agrformet.2014.07.013

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Le changement climatique aura une incidence sur la capacité des forêts canadiennes à absorber le dioxyde de carbone atmosphérique, et donc d’atténuer ces mêmes changements. Dans le présent article, nous faisons état des résultats d’une étude collaborative menée par l’University of Toronto qui visait à prédire les effets de la hausse des sécheresses sur la croissance et le « dépérissement » des forêts dans le sud de la région boréale, dans l’Ouest canadien. Un modèle informatique de la végétation forestière a été modifié de façon à ce qu’il présente le dépérissement des peuplements de peuplier faux-tremble causé par les sécheresses graves. Des données sur l’évaporation d’eau et l’absorption de dioxyde de carbone recueillies dans la forêt boréale, en Saskatchewan, et dans la prairie, en Alberta, ont été utilisées pour régler le modèle. Ce dernier a ensuite été mis à l’essai dans 25 localités de l’Ouest canadien où l’on retrouve le peuplier faux-tremble; la croissance et le dépérissement des arbres y ont été mesurés durant les graves sécheresses de 2001 et 2002. Le modèle a permis de prédire de façon fiable les changements réels observés quant à la masse des arbres, y compris l’augmentation des pertes occasionnées par le dépérissement durant et après la sécheresse ainsi que la repousse durant les années humides. Le modèle reflétait aussi les différences entre la masse des arbres qui poussent dans les conditions de la forêt boréale et ceux qui poussent dans des conditions semblables à celles de la prairie. Il peut donc être utilisé pour la prévision des remplacements de milieux boréaux par la prairie (prairie-parc) qui pourraient survenir si les sécheresses finissaient par devenir suffisamment graves pour modifier les écosystèmes. En outre, le modèle pourra servir à prédire les changements que pourraient causer les sécheresses dans les forêts et les écosystèmes.

Dernière mise à jour :