Publications du Service canadien des forêts

Monitoring of a National-Scale Indirect Indicator of Biodiversity Using a Long Time-Series of Remotely Sensed Imagery. 2014. Coops, N.C., F.M.A. Fontana, G.K.A. Harvey, T.A. Nelson, and M.A. Wulder. Canadian Journal of Remote Sensing. 40(3): 179-191.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 35701

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1080/07038992.2014.945826

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

La télédétection offre l’observation continue de vastes étendues, qui appuie la surveillance synoptique, cohérente et répétable de la végétation, et peut donc être utilisée pour obtenir des indicateurs indirects de la biodiversité. Nous avons utilisé une archive de 21 années de données du capteur AVHRR (1987–2007) pour évaluer les changements dans un indicateur indirect de la biodiversité, l’indice des habitats dynamiques (IHD), qui s’est avéré utile pour la prédiction des distributions de la richesse spécifique et de l’abondance des espèces à larges échelles spatiales (>1 kmx2). L’indice comporte 3 composantes reflétant la verdure intégrée, la variation saisonnièrede la végétation et leminimum de couverture végétale. Nous avons utilisé un test non paramétrique basé sur le rang de Theil–Sen et calculé la proportion de cellules avec des tendances IHD positives ou négatives tant au sein du réseau canadien des aires protégées que des écoprovinces canadiennes. En général, les aires protégées plus petites et les zones naturelles à proximité de développements urbains avaient des proportions plus grandes de tendances dans les composantes IHD que les régions protégées plus grandes et éloignées au cours des 21 ans. La plupart des aires protégées et des écoprovinces ont montré une augmentation globale de verdure intégrée et une réduction de la variation saisonniére de la végétation au cours de la période d’analyse. Nous concluons que la capacité de dégager des tendances à partir de longues séries chronologiques de données de télédétection permet d’orienter les programmes de surveillance de la biodiversité locale en guidant les actions dans les régions où le plus grand changement est observé.