Publications du Service canadien des forêts

Real-time PCR detection and discrimination of the Ceratocystis coerulescens complex and of the fungal species from the Ceratocystis polonica complex validated on pure cultures and bark beetle vectors. 2014. Lamarche, J.; Stewart, D.; Pelletier, G.; Hamelin, R.C.; Tanguay, P. Can. J. For. Res. 44:1103-1111.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35680

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/cjfr-2014-0082

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Huit espèces de Ceratocystis Ellis & Halst. appartenant au complexe Ceratocystis coerulescens sont des agents phytopathogènes provoquant le bleuissement du bois chez les Pinaceae. Trois d'entre elles, C. polonica, C. laricicola et C. fujiensis, sont particulièrement agressives et peuvent provoquer la mortalité chez les arbres. Bien qu'actuellement absentes du paysage nord-américain, elles sont considérées comme une menace potentielle importante pour la forêt boréale canadienne. Étant difficiles à distinguer des espèces indigènes appartenant au complexe C. coerulescens, nous avons développé des tests de détection en PCR en temps réel permettant de détecter aussi peu qu'un équivalent de spores fongiques directement sur des insectes vecteurs. L'ADN d'au moins une espèce du complexe C. coerulescens a été détecté sur 86 % des coléoptères (Ips typographus (Linnaeus, 1758) et Ips cembrae (Heer, 1836)), alors que l'ADN de C. polonica a été détecté sur 60 % des I. typographus et celui de C. laricicola sur 84 % des I. cembrae. Entre 20 et 344 225 équivalents spores ont été détectés sur les spécimens de coléoptères et aucun effet d'inhibition de l'extrait d'ADN provenant d'échantillons environnementaux n'a été décelé. Ces outils de détection moléculaire permettront une détection rapide et fiable de ces agents pathogènes en cas d'introduction et la mise en place rapide de mesures d'éradication.

Résumé en langage clair et simple

Plusieurs champignons peuvent causer le bleuissement du bois. Parmi eux, on retrouve des espèces de champignon du genre Ceratocystis qui s’attaquent aux conifères. Trois de ces espèces (C. polonica, C. laricicola et C. fujiensis), dont la propagation est associée à des dendroctones, peuvent provoquer la mortalité chez les arbres.

Bien qu’actuellement absentes du paysage nord-américain, ces espèces de champignons sont considérées comme une menace potentielle importante pour la forêt boréale canadienne. Afin de les distinguer des espèces nord-américaines indigènes, les chercheurs ont mis au point des tests qui permettront la détection de ces champignons pathogènes directement sur des échantillons environnementaux, tels que des insectes ou des tissus ligneux.

Ces outils de détection moléculaire ont, dans un premier temps, été transférés à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Ils permettront une détection rapide et fiable, et préviendront l'introduction de ces espèces au Canada et atténueront leurs impacts. L’évaluation de ces outils par l’ACIA et leur possible utilisation pour la détection de ces champignons pourraient amener un changement dans la réglementation sur l’importation des produits de conifères au Canada.

Dernière mise à jour :