Publications du Service canadien des forêts

The transition zones (ecotone) between boreal forests and peatlands: ecological controls on ecosystem productivity along a transition zone between upland black spruce forest and a poor forested fen in central Saskatchewan. 2014. Dimitrov, D.D.; Bhatti, J.S.; Grant, R.F. Ecological Modelling 291:96-108.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35649

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/J.ecolmodel.2014.07.020

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La forêt boréale du Canada possède de vastes superficies où les forêts des hautes terres se sont transformées en tourbières boisées, puis en tourbières non boisées. À mesure que les arbres et les mousses (qui créent des tourbières) croissent, ils absorbent et stockent le carbone de l’atmosphère (séquestration de carbone); la connaissance de ce qui contrôle le taux de croissance de ces végétaux permet de comprendre leur rôle dans la séquestration du carbone. Nous savons que la vitesse de croissance des arbres ralentit lors de la transition des hautes terres aux tourbières, mais nous n’en connaissons pas la raison. Le phosphore est un élément nutritif important pour la croissance des arbres et nous avançons l’hypothèse que la baisse de la croissance puisse être due à une baisse de la quantité de phosphore disponible pour les arbres. Nous avons utilisé un modèle informatique de l’écosystème qui nous permet d’étudier les interactions complexes des arbres et des mousses avec le phosphore et l’eau dans une zone de transition du centre de la Saskatchewan. Les résultats du modèle suggèrent que la couche de tourbe s’épaissit et que l’eau contenue dans la couche de tourbe se rapproche de la surface dans la tourbière boisée; les racines des arbres ne peuvent plus alors entrer en contact avec le sol, qui contient le phosphore dont les arbres ont besoin pour grandir. Les résultats sont importants parce qu’ils nous aideront à effectuer un meilleur travail d’estimation de la quantité de carbone stockée par ces forêts; nous pourrons aussi en apprendre davantage sur le rôle du carbone dans la production de gaz à effet de serre au Canada. Nos résultats sont importants pour l’étude des processus naturels sous-jacents à la productivité des forêts dans l’ensemble des tourbières boisées du paysage boréal.