Publications du Service canadien des forêts

The transition zones (ecotone) between boreal forests and peatlands: modelling water table along a transition zone between upland black spruce forest and poor forested fen in central Saskatchewan. 2013. Dimitrov, D.D.; Bhatti, J.S.; Grant, R.F. Ecological Modelling 274:57-70.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35636

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.ecolmodel.2013.11.030

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La forêt boréale du Canada est l’un des grands puits de carbone mondiaux. Cependant, il est difficile d’estimer combien de carbone la forêt peut éliminer de l’atmosphère parce que la quantité d’arbres poussant dans une zone peut varier considérablement entre les forêts des hautes terres et les tourbières. Cette recherche tente de déterminer pourquoi moins d’arbres poussent quand un paysage passe de l’état de forêt à celui de tourbière afin de mieux comprendre comment les forêts s’étendent ou rétrécissent en raison du changement climatique ou de l’activité humaine. Des études antérieures ont montré que les niveaux d’eau (hydrologie) dans le bassin versant, avec les écoulements d’eau agissant sur les écosystèmes, même dans les terres plates du centre du Canada, constituent un facteur important. Ce rapport examinait comment l’hydrologie d’un bassin versant influence les zones de transition entre la forêt boréale et les tourbières dans le même bassin versant. Il a utilisé un modèle informatisé pour simuler la dynamique de la nappe aquifère dans une zone de transition entre une forêt d’épinettes noires et une tourbière dans le centre de la Saskatchewan. Les simulations ont été testées avec des mesures réelles durant une année extrêmement sèche (2003), une année extrêmement pluvieuse (2004) et une année normalement pluvieuse (2005). Les tests ont montré que le modèle informatisé était très exact. Ces résultats sont importants pour les prochaines études qui seront entreprises afin de comprendre les effets de l’hydrologie sur la production de carbone et de bois dans les écosystèmes en transition de la forêt boréale.