Publications du Service canadien des forêts

Comparisons of spatial patterns between windthrow and logging at two spatial scales. 2014. Waldron, K.; Ruel, J.-C.; Gauthier, S.; Goulet, P. Can. J. For. Res. 44:740-749.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35596

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/cjfr-2013-0402

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Le chablis est une perturbation naturelle dominante dans la forêt boréale de l'est du Canada. Afin de déterminer la plage de variabilité naturelle d'une perturbation, sa distribution spatiale à l'échelle du peuplement et du paysage doit être considérée, tout comme sa sévérité. Notre étude a caractérisé la distribution spatiale des chablis partiels (CHP) et des chablis totaux (CHT) à l'échelle du paysage ainsi que la répartition des arbres résiduels à l'intérieur des peuplements affectés (échelle du peuplement). L'échelle du paysage correspond à trois zones d'études d'une superficie d'environ 5000 ha chacune. L'échelle du peuplement, qui est l'échelle d'analyse la plus fine, correspond à chaque peuplement affecté à l'intérieur du paysage. Les caractéristiques spatiales du chablis ont aussi été comparées à celles de coupes. À l'échelle du paysage, nos résultats ont démontré que les CHT étaient plus isolés que les CHP et que la complexité moyenne de la forme des peuplements perturbés était relativement faible, que ce soit pour les chablis ou pour les coupes. À l'échelle du peuplement, la proportion d'arbres résiduels présents dans les CHP était significativement plus élevée que dans les CHT et les coupes. Les coupes et les CHT ne partageaient pas beaucoup de caractéristiques spatiales à l'échelle du peuplement. Les coupes avaient une proportion d'ouverture complète de la canopée supérieure aux CHT. Nos résultats ont démontré que les CHP sont spatialement hétérogènes à l'échelle du paysage et du peuplement. Dans un contexte d'aménagement forestier écosystémique, c'est-à-dire une gestion visant à réduire les écarts entre les forêts naturelles et aménagées, nos résultats démontrent que les gestionnaires forestiers pourraient utiliser une variété de traitements sylvicoles de différentes intensités.

Résumé en langage clair et simple

Le chablis est un arbre ou un groupe d’arbres qui a été renversé, déraciné ou brisé par le vent. C’est une perturbation naturelle dominante dans la forêt boréale de l’est du Canada. Cette étude visait à caractériser la distribution spatiale des chablis partiels (CHP, c’est-à-dire moins de 75 % du couvert forestier touché) et des chablis totaux (CHT, plus de 75 % du couvert forestier touché) à l’échelle du paysage dans trois zones d’étude. Les chercheurs ont aussi étudié la répartition des arbres résiduels à l’intérieur des peuplements affectés. Les caractéristiques spatiales des chablis (grandeur et forme) ont aussi été comparées à celles des coupes forestières.

À l’échelle du paysage, les résultats ont montré que les CHT étaient plus isolés que les CHP et que l’ouverture créée par les coupes était plus homogène que dans les chablis. À l’échelle du peuplement, les chercheurs ont noté qu’il y avait beaucoup plus d’arbres résiduels dans les CHP que dans les coupes et les CHT.

Ces travaux aideront au développement d’approches d’aménagement écosystémique qui se rapprochent des perturbations naturelles.

Dernière mise à jour :