Publications du Service canadien des forêts

Rates of spontaneous hybridization and hybrid recruitment in co-existing exotic and native mature larch populations. 2014. Meirmans, P.G.; Gros-Louis, M.-C.; Lamothe, M.; Perron, M.; Bousquet, J.; Isabel, N. Tree Genet. Genomes 10:965-975.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35586

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1007/s11295-014-0735-z

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Trois espèces de mélèzes d’Eurasie ont été introduites au Canada afin de tester leur capacité d’adaptation et leur croissance, et ce, en vue de les utiliser pour le reboisement. Ces mélèzes et leurs hybrides ont été plantés dans deux vergers à graines (Gaspésie et Centre-du-Québec). L’établissement de ces vergers vise à sélectionner des semences de bonne qualité.

Les chercheurs ont établi ces vergers près de peuplements forestiers où pousse du mélèze laricin, une espèce indigène. Grâce à des marqueurs génétiques, ils ont pu mesurer les taux d’hybridation entre les mélèzes indigènes et les mélèzes à composante exotique. De l’hybridation a été constatée dans les deux vergers à graines, aussi bien chez les graines que chez les semis établis à proximité des plantations. Le taux d’hybridation chez les graines dont la « mère » est un mélèze laricin est faible (~3 %). Cependant, les semis d’hybrides à composante exotique connaissent un succès d’établissement élevé lorsqu’il y a un espace dégagé (trouée dans la plantation ou à la lisière de la plantation), soit jusqu’à 35 % dans un des vergers.

Dernière mise à jour :