Publications du Service canadien des forêts

Fire activity and severity in the western U.S. vary along proxy gradients representing fuel amount and fuel moisture. 2014. Parks, S.A.; Parisien, M.-A.; Miller, C.; Dobrowski, S.Z. PLoS ONE 9(6):e99699.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35560

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1371/journal.pone.0099699

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Des chercheurs du Canada et des États-Unis ont voulu déterminer dans quelle mesure la gravité des feux de forêt dépend de la quantité et du degré d’humidité du combustible présent sous forme de forêts et de végétaux. On avait déjà étudié en détail l’activité des feux – c’est-à-dire leur nombre et la superficie brûlée –, mais non la gravité des feux – c’est-à-dire l’importance des changements qu’ils provoquent dans l’écosystème. Les chercheurs ont étudié des données de télédétection recueillies dans l’ouest des États-Unis de 1984 à 2010 pour mesurer la gravité des feux. Ils ont estimé, d’une part, la quantité de combustible présente dans chaque secteur, à partir des données sur l’humidité dégagée par les végétaux (évapotranspiration), et, d’autre part, le degré d’humidité, à partir du « déficit hydrique », une mesure du degré de sécheresse. Ils ont ainsi pu constater que la gravité des feux, bien qu’elle augmente avec la quantité de combustible, demeure faible dans les secteurs très humides ou très secs. Ainsi, les feux ne sont pas intenses dans les forêts pluviales, où l’humidité est élevée, et il en est de même dans les forêts très sèches, qui sont adaptées à leurs conditions climatiques. Ce sont donc les forêts à humidité modérée qui sont sujettes à des feux graves durant les périodes de sécheresse. Globalement, les chercheurs ont constaté que la gravité des feux dépend à la fois de la quantité de combustible et de son degré d’humidité. Une compréhension de l’effet du combustible autant sur la gravité des feux que sur leur activité aide à prédire la gravité des feux et leur effet sur l’écosystème.