Publications du Service canadien des forêts

Influence of partial cutting on parasitism of endemic spruce budworm (Lepidoptera: Tortricidae) populations. 2014. Seehausen, M.L.; Bauce, É.; Régnière, J.; Berthiaume, R. Environ. Entomol. 43:626-631.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35552

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1603/EN13326

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Les épidémies de tordeuses des bourgeons de l’épinette (TBE) constituent la perturbation naturelle la plus importante des sapinières canadiennes. Des interventions sylvicoles, notamment des coupes partielles, ont été proposées comme outil d’aménagement contre la TBE.

Dans des sapinières à bouleau blanc matures, les chercheurs ont étudié l’influence des coupes partielles sur les parasitoïdes s’attaquant à la TBE. Les populations de TBE y étaient endémiques et deux intensités de coupes ont été faites (25 % et 40 %) en 2009. Les chercheurs ont introduit des larves et des pupes dans les peuplements pendant les trois ans suivant les coupes pour étudier le taux de parasitisme. Ils ont fait les constats suivants :

• Chez les pupes, le taux de parasitisme était trop bas pour pouvoir établir une comparaison entre les deux densités de coupe.

• Deux ans après les traitements, le parasitisme des larves a été significativement réduit par les traitements de coupe partielle. Le parasitisme était causé par Tranosema rostrale, une petite guêpe qui pond un seul œuf directement sous la peau des larves de TBE.

• Trois ans après les traitements, aucune différence significative n’a été constatée quant au parasitisme des larves.

Les coupes partielles n’auraient donc pas d’influence stable sur le parasitisme dans des populations endémiques de TBE, mais, sous certaines conditions, elles pourraient le réduire.

Dernière mise à jour :