Publications du Service canadien des forêts

Efficacy of semiochemical-baited traps for detection of longhorn beetles (Coleoptera: Cerambycidae) in the Russian Far East. 2014. Sweeney, J.D.; Silk, P.J.; Grebennikov, V. European Journal of Entomology 111(3):397-406.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 35539

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.14411/eje.2014.049

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

En 2009 et 2012, nous avons réalisé un bioessai sur le terrain en vue d’évaluer l’efficacité de diverses combinaisons de phéromones et de composés volatils végétaux installées dans des pièges pour la détection des longicornes (Coléoptères : Cérambycides), dans une forêt mixte située près de Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe. Les pièges ont permis la détection de 30 espèces (490 spécimens) en 2009 et de 23 espèces (182 spécimens) en 2010. Au total, 38 espèces de longicornes ont été détectées, et 15 espèces ont été détectées les deux années. La composition en espèces variait en fonction de l’appât, mais le nombre d’espèces détectées ne variait pas significativement d’un appât à l’autre (12 à 16 espèces par appât en 2009; 3 à 10 espèces par appât en 2010). En 2009 et 2010, le type d’appât a eu un effet significatif sur le nombre de spécimens capturés par piège, dans le cas de cinq espèces. En outre, le type d’appât a eu un effet significatif sur l’efficacité de détection de ces cinq mêmes espèces, c’est-à-dire la proportion de pièges qui ont permis la capture d’au moins un spécimen de chaque espèce. La combinaison de (E)-fuscumol racémique et d’un mélange de cinq monoterpènes émis par l’épinette a eu un effet positif sur le nombre moyen de captures de Tetropium castaneum (L.). Le 3­hydroxyhexan-2-one (K6) racémique, utilisé seul ou combiné avec de l’éthanol, a entraîné une hausse du nombre moyen de captures d’Anaglyptus colobotheoides Bates. La combinaison de K6 et d’éthanol a permis une augmentation du nombre moyen de captures de Phymatodes testaceus (L.), alors que la combinaison de 3­hydroxyoctan-2-one racémique et d’éthanol a permis une augmentation du nombre moyen de captures de Molorchus minor (L.). L’utilisation d’appâts à phéromones dans le cadre des campagnes de piégeage permet d’augmenter le nombre moyen de captures et la probabilité de détection de certaines espèces de Cérambycides, notamment les espèces exotiques potentiellement envahissantes. L’analyse de la raréfaction fondée sur les échantillons a montré que huit pièges par site ne permettaient pas de détecter toutes les espèces de longicornes pouvant être attirées par un appât; en d’autres termes, les courbes cumulatives spécifiques ne parvenaient pas à atteindre une asymptote dans la plupart des cas.

Résumé en langage clair et simple

Chaque année au Canada, des pièges contenant un appât pour insectes (par exemple, de l’éthanol) sont utilisés pour détecter la présence de coléoptères non indigènes qui s’attaquent à l’écorce et au bois des arbres et pourraient avoir été introduits accidentellement en Amérique du Nord par l’entremise de marchandises provenant d’autres continents. Certaines des espèces ainsi introduites deviennent envahissantes et nuisibles, c’est-à-dire qu’elles s’établissent, se propagent et causent des dommages économiques et écologiques. La présente étude visait à comparer des composés attractifs quant à leur efficacité pour la détection de longicornes xylophages dans l’Extrême-Orient russe. Cette région était propice à la réalisation de l’étude, car elle héberge beaucoup de genres d’arbres présents au Canada (épinette, sapin, pin, etc.) ainsi que de nombreuses espèces d’insectes qui pourraient être introduites au Canada. En 2009 et 2010, les pièges ont permis la détection de 38 espèces de longicornes et la capture de plus de 600 spécimens. Les résultats donnent à penser que l’utilisation d’appâts à phéromones pour le piégeage des longicornes permet d’augmenter le taux de détection des espèces de longicornes, y compris les espèces exotiques potentiellement envahissantes.

Dernière mise à jour :