Publications du Service canadien des forêts

Large-scale screening of transcription factor–promoter interactions in spruce reveals a transcriptional network involved in vascular development. 2014. Duval, I.; Lachance, D.; Giguère, I.; Bomal, C.; Morency, M.-J.; Pelletier, G.; Boyle, B.; MacKay, J.J.; Séguin, A. J. Exp. Bot. 65:2319-2333.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35530

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1093/jxb/eru116

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Le bois est composé de trois composantes principales : la cellulose, la lignine et l’hémicellulose. Des couches de cellulose et d’hémicellulose forment les parois des fibres végétales. La lignine se dépose sur ce mélange et le solidifie, comme le ciment sur les tiges de métal dans le béton armé. La cellulose et la lignine sont les deux composés organiques les plus abondants sur Terre.

Ces travaux ont permis d’identifier les gènes qui contrôlent la production des enzymes responsables de la fabrication de ces deux composés chez l’épinette blanche. À partir de ces gènes, les chercheurs pourront développer des marqueurs qui permettront d’identifier les attributs de la fibre et ainsi anticiper la qualité du bois. Ces marqueurs accéléreront l’amélioration génétique des arbres en permettant d’identifier les qualités de la fibre au niveau moléculaire plutôt que d’attendre sa maturité. Ces résultats peuvent s’appliquer à toutes les espèces d’épinette. Ces observations correspondent à celles déjà réalisées sur d’autres espèces dont la composition génétique est connue (peuplier et arabette).

Dernière mise à jour :