Publications du Service canadien des forêts

Allometric relationships in coppice biomass production for two North American willows (Salix spp.) across three different sites. 2014. Mosseler, A.; Major, J.E.; Labrecque, M.; Larocque, G.R. Forest Ecology and Management 320:190-196.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 35515

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1016/j.foreco.2014.02.027

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Nous avons évalué le rendement en biomasse et divers caractères de croissance en taillis de deux espèces de saule indigènes de l’Amérique du Nord, Salix discolor (DIS) et S. eriocephala (ERI), implantées ensemble dans des essais clonaux répétés en site commun menés à trois stations de qualité différente, mais qui présentaient un climat similaire. Les saules en question sont très répandus dans l’est et le centre du Canada et ont été choisis pour utilisation dans des plantations destinées à la production de biomasse. Nous n’avons noté aucun effet lié à l’espèce sur la relation entre la hauteur et le diamètre moyens de la tige, mais l’effet lié à la station était marqué. L’augmentation du nombre de tiges par taillis s’accompagne d’une diminution du diamètre moyen des tiges, mais pas de leur hauteur moyenne. Le rendement est positivement corrélé à la qualité de la station et au nombre de tiges par taillis, mais aussi à l’interaction entre les espèces et le nombre de tiges par taillis. Les relations allométriques entre le diamètre basal des tiges, la hauteur des tiges, le nombre de tiges par taillis et le rendement en biomasse (Mt ha-1) traduisaient clairement les différences de qualité des stations; elles pourraient être utilisées de la même façon que les relations hauteur–diamètre de la tige à un âge précis ont été employées dans le cas des arbres à une seule tige pour définir la qualité de la station (indice de station) aux fins de la production de bois. Nous avons mesuré la hauteur de la tige et le diamètre de la tige à la base de 20 tiges ou moins par taillis. Les mesures fondées sur les trois tiges les plus longues par taillis présentaient le rapport le plus étroit avec le rendement en biomasse (R2 = 0,813), et les mesures fondées sur les trois tiges ayant le diamètre basal le plus élevé présentaient le rapport le plus étroit avec le rendement en biomasse (R2 = 0,781).

Résumé en langage clair et simple

Nous avons cherché à comprendre la relation entre le rendement en biomasse et divers caractères de croissance en taillis de deux espèces de saule indigènes de l’Amérique du Nord, Salix discolor et S. eriocephala, implantées dans des essais clonaux répétés en site commun menés à trois stations de qualité différente, mais de même climat, à Montréal (Québec) et Fredericton et Minto (Nouveau-Brunswick). Les saules en question sont très répandus dans l’est et le centre du Canada. Ils ont été choisis aux fins de plantations dont la biomasse est destinée à la production de bioénergie et aux secteurs de pointe des biomatériaux et des bioproduits chimiques. Nous avons trouvé une corrélation positive et significative entre le rendement en biomasse et la qualité de la station. De la même façon que la hauteur de la tige à un âge précis a été appliquée aux arbres à une seule tige, le rendement en biomasse pourrait être employé pour définir la qualité de la station (indice de station) aux fins de la production de bois. Nous avons mesuré la longueur de la tige et le diamètre de la tige à la base de 20 tiges ou moins par plante. Les mesures fondées sur la moyenne des trois tiges les plus longues de la plante avaient le rapport le plus étroit avec le rendement en biomasse. Elles offrent un moyen utile et non destructif pour estimer celui-ci. Les clones choisis de ces deux espèces de saule peuvent être implantés de façon économique. Un taillis de 2 ans a montré que des boutures non racinées et des cultures à courte révolution destinées à la production de biomasse peuvent produire de grandes quantités de biomasse dans des stations de qualité très diverse.

Dernière mise à jour :