Publications du Service canadien des forêts

There is no silver bullet: the value of diversification in planning invasive species surveillance. 2014. Yemshanov, D.; Koch, F.H.;Lu, B.; Lyons, D.B.; Prestemon, J.P.; Scarr, T.; Koehler, K. Ecological Economics 104:61-72

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 35513

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.ecolecon.2014.024

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

: Dans la présente étude, nous démontrons la manière dont la notion de diversification peut servir dans l’affectation de ressources à grande échelle pour le suivi d’espèces exotiques envahissantes. Nous considérons la problématique d’une campagne de suivi à court terme d’une espèce exotique envahissante dans un milieu géographique divers lorsque les connaissances sur l’organisme envahissant sont imprécises. Nous trouvons l’affectation optimale des ressources de suivi parmi les multiples sous-ensembles géographiques grâce à un cadre classique de portefeuille. Cela permet l’affectation d’investissements dans de multiples types d’actifs financiers dont le rendement est incertain dans un portefeuille qui optimise le rendement et, en minimisant la variabilité du portefeuille et en atteignant ses cibles de diversification, protège contre la volatilité et des erreurs dans l’estimation du rendement du portefeuille. Nous illustrons l’approche au moyen d’une étude de cas qui applique un modèle spatial de transmission des ravageurs axé sur les voies de propagation afin d’évaluer le risque de propagation de l’agrile du frêne, un ravageur forestier important en Amérique du Nord, dans le bois de chauffage déplacé par des visiteurs de terrains de camping dans le centre du Canada. L’ajout de l’objectif de diversification donne lieu à des résultats d’enquête comparables à ceux de l’affectation non diversifiée des ressources optimales. Toutefois, elle rend aussi la distribution géographique des priorités d’enquête moins sujette à des erreurs possibles dans les estimations des taux de propagation, ce qui est d’autant plus important. Globalement, la diversification des mesures de suivi des ravageurs peut être perçue comme une stratégie viable à court terme de protection contre l’incertitude dans les évaluations d’experts, et en fonction de modèles, du risque d’envahissement par des ravageurs et du comportement d’un nouveau ravageur.