Publications du Service canadien des forêts

Characterisation of attacks made by the mountain pine beetle (Coleoptera: Curculionidae) during its endemic population phase. 2013. Bleiker, K.P.; O'Brien, M.R.; Smith, G.D.; Carroll, A.L. The Canadian Entomologist 00: 1–14

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 35449

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.4039/tce.2013.71

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Le dendroctone du pin ponderosa (DPP) Dendroctonus ponderosae Hopkins (Coleoptera : Curculionidae) attaque et écrase les défenses d’arbres vigoureux durant les infestations grâce à des attaques massives. Les populations faibles ou endémiques sont régularisées par la résistance de l’hôte et ne peuvent coloniser que les arbres affaiblis, où il y a un compromis potentiel entre les mécanismes de défense des arbres et la qualité de l’habitat. Les populations de DPP sont habituellement dans la phase de population endémique, mais le comportement d’attaque du DPP et la productivité du couvain dans cette phase sont peu compris. Nous avons trouvé des attaques faites par des populations endémiques de DPP dans le Centre-Nord de l’Alberta, Canada et avons examiné les galeries construites sur ces arbres. La distribution du point de départ des galeries sur les arbres était concentrée par rapport à la hauteur sur l’arbre, mais non associée à l’orientation sur le fût de l’arbre. Nous n’avons remarqué aucun effet d’Allee associé à l’emplacement du partenaire d’accouplement puisque plus de 99% des galeries étaient construites par des femelles accouplées. La productivité était généralement faible et le développement du couvain a rarement atteint le stade nymphal, avec une exception qui laisse entendre que les populations endémiques sont capables d’accroissement rapide dans certains hôtes. Les galeries de ponte construites par les femelles non accouplées présentaient une morphologie différente de celles créées par les femelles accouplées. Pour comprendre la dynamique de cette espèce éruptive, nous devons déterminer les conditions dans lesquelles les populations endémiques peuvent survivre et s’accroître périodiquement jusqu’à des densités qui entraînent des attaques massives coordonnées sur des arbres sains et mènent à des infestations.

Résumé en langage clair et simple

En période d’infestation, le dendroctone du pin ponderosa peut tuer des arbres sains, surmontant les défenses chimiques toxiques de leurs hôtes en attaquant en masse (attaques massives coordonnées). Entre les infestations, alors que les populations sont faibles (populations endémiques), le dendroctone ne peut attaquer que les arbres stressés dont les mécanismes de défense sont compromis, mais ces arbres constituent des hôtes de moindre qualité pour le dendroctone. Une bonne partie de nos connaissances sur ce ravageur ont été amassées en période d’infestation. La présente étude visait à localiser et à caractériser les attaques effectuées par des populations endémiques de dendroctones. Contrairement à ce qu’on observe en période d’infestation, la répartition des galeries n’était pas liée à l’aspect de la tige de l’hôte. Les galeries creusées par les femelles accouplées se distinguaient également de celles creusées par les femelles non accouplées par leur forme. Même si certains arbres n’avaient subi qu’une ou deux attaques, plus de 99 % des galeries avaient été creusées par des femelles accouplées, ce qui démontre que les mâles sont capables de trouver des partenaires, même lorsque la densité des populations est très faible. Malgré les forts taux d’accouplement observés, le succès du processus de reproduction s’est révélé extrêmement faible. Nous avons toutefois observé une exception qui démontre que les populations endémiques peuvent augmenter très rapidement dans certains arbres hôtes. Pour bien comprendre la dynamique de cette espèce éruptive, nous devons déterminer les conditions qui permettent aux populations endémiques de croître rapidement et d’atteindre les densités à partir desquelles elles peuvent provoquer des attaques massives coordonnées et tuer des arbres sains.

Dernière mise à jour :