Publications du Service canadien des forêts

Response of southwest Yukon forests to spruce beetle: 2010 plot re-assessment. 2014. Hawkes, B.; Alfaro, R.; Waring, V.; Berg, J. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, British Columbia. Information report BC-X-435. 38p.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 35443

Langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Résumé

En 2000 et 2002, 27 parcelles d’évaluation forestière ont été établies dans une région infestée par le dendroctone de l’épinette, Dendroctonus rufipennis Kirby (Coleoptera : Scolytidae), dans le sud-ouest du Yukon. Ces parcelles devaient permettre un suivi à long terme des changements survenant dans les peuplements d’épinette blanche (Picea glauca (Moench) Voss) en termes de mortalité, de structure du peuplement, de régénération, de végétation de surface et de charge en débris ligneux combustibles de surface (Garbutt et al., 2006). En 2010, nous avons effectué une nouvelle évaluation partielle de 22 des 27 parcelles initiales. Nous avons prélevé des échantillons dans huit de ces parcelles, en vue de déterminer la reprise de croissance des épinettes du couvert et du sous-étage ainsi que le taux d’établissement de la régénération. Nous avons aussi instauré diverses mesures d’entretien visant à permettre des réévaluations futures. Les parcelles d’évaluation forestière ont été priorisées et protégées par une zone tampon contre toute activité d’aménagement, en vue de leur conservation à long terme. Les échantillons ont été prélevés conformément au protocole utilisé par Garbutt et al. (2006), sauf en ce qui a trait à la régénération avancée et aux semis d’épinette.

Le diamètre à hauteur de poitrine moyen des épinettes et des feuillus du couvert est passé de 18,2 à 18,9 cm. La densité de peuplement des épinettes (mortes et vivantes) du couvert est passée de 1059 à 1124 tiges par ha et leur volume est passé de 184,4 à 198,7 m3/ha. Cependant, le volume d’épinettes saines du couvert est passé de 65,9 à 49,4 m3/ha. Dans quatre des huit parcelles, nous avons pu détecter un effet sur la croissance des épinettes vivantes résiduelles du couvert. Notre échantillon de semis d’épinettes comprenait 59 % de semis établis entre 2000 et 2008. Les dates d’établissement des épinettes du sous-étage et de la régénération avancée semblaient indiquer que la régénération de cette espèce était continue, avec quelques pulsations décennales durant les années 1820 et 1980. Le risque de foyers d’incendie isolés a augmenté à cause de la présence d’écorce lâche sur les épinettes mortes. La quantité de débris ligneux grossiers est demeurée semblable à celle mesurée par Garbutt et al. (2006), car peu d’épinettes mortes étaient tombées au sol. Il faudrait envisager une réévaluation complète des parcelles à compter de 2015; cette réévaluation devrait inclure tous les attributs mesurés dans le cadre des travaux de Garbutt et al. (2006) et de la réévaluation de 2010.

Résumé en langage clair et simple

Depuis 1994, une infestation sans précédent du dendroctone de l’épinette tue des peuplements d’épinette blanche sur de vastes superficies dans le sud-ouest du Yukon. Cette pullulation a des effets sur les économies locales et le fonctionnement de l’écosystème, et elle augmente le risque d’incendie. Au début des années 2000, des chercheurs de Ressources naturelles Canada ont créé des parcelles d’évaluation forestière dans la zone touchée. Ils ont mesuré plusieurs attributs de la forêt pour surveiller les effets de l’infestation. En 2010, les chercheurs ont réévalué certaines des parcelles pour mesurer le rétablissement de l’épinette blanche. Ils ont aussi consigné les bornes, les ont photographiées et replacées, afin de protéger les parcelles d’étude contre les perturbations extérieures, comme l’exploitation forestière et la coupe du bois de chauffage. Ce rapport d’information présente les données des mesures prises en 2010, et expose les modifications touchant les peuplements infestés, des arbres mûrs à l’établissement des semis. Des gestionnaires des terres au Yukon élaborent déjà des politiques et des méthodes de gestion et de surveillance de la forêt en employant les méthodes d’échantillonnage et les résultats de l’étude. Les chercheurs recommandent un remesurage complet en 2015.

Dernière mise à jour :