Publications du Service canadien des forêts

Does spruce budworm (Lepidoptera: Tortricidae) rearing diet influence larval parasitism? 2013. Seehausen, M.L.; Régnière, J.; Bauce, É. Can. Entomol. 145:539-542.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35381

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.4039/tce.2013.30

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Dans la présente étude, des larves de la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE), Choristoneura fumiferana (Clemens) (Lepidoptera: Tortricidae), ont été élevées en laboratoire sur nourriture artificielle ainsi que sur du feuillage de sapin baumier, Abies balsamea (Linnaeus) Miller (Pinaceae), pour ensuite être introduites en forêt afin de comparer leur parasitisme. Par ailleurs, un test de choix en laboratoire a été effectué avec le parasitoïde Tranosema rostrale (Brischke) (Hymenoptera: Ichneumonidae). Aucune influence significative de la diète sur le parasitisme n’a été démontrée sur le terrain. Cependant, un nombre significativement plus grand de larves élevées sur le feuillage ont été attaquées par T. rostrale en laboratoire. Malgré la préférence pour les larves élevées sur le feuillage en laboratoire, nous concluons que des larves élevées sur la diète artificielle peuvent être utilisées dans la détermination des taux de parasitisme sur le terrain sans risque de biaiser les résultats obtenus.

Résumé en langage clair et simple

La tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) est un insecte ravageur indigène dont les épidémies constituent la perturbation naturelle la plus importante des sapinières canadiennes. Les parasitoïdes de la tordeuse jouent un rôle primordial dans le maintien des populations à l’état endémique entre les épidémies. Un de ces parasitoïdes, la guêpe Tranosema rostrale, utilise son dard pour pondre un œuf sous la peau des larves de TBE. De cet œuf sortira une larve qui se nourrira des tissus internes de leur hôte.

Pour mesurer les taux de parasitisme par T. rostrale dans les populations endémiques de la TBE, les chercheurs utilisent une technique appelée « larves sentinelles ». Elle consiste à élever en laboratoire des larves de TBE sur de la nourriture artificielle avant de les exposer aux parasitoïdes en forêt.

La question à laquelle répond cette étude est de savoir si l’utilisation de cette nourriture artificielle, comparativement au feuillage de sapin baumier, a une influence sur le risque que la TBE soit attaquée par T. rostrale. Sur le terrain, la diète n’a pas eu d’influence sur le taux de parasitisme. Par contre, en laboratoire, un nombre beaucoup plus grand de larves élevées sur du feuillage a été attaqué par la guêpe.

Malgré cette préférence pour les larves élevées sur du feuillage en laboratoire, les chercheurs concluent que des larves élevées sur la diète artificielle peuvent être utilisées dans la détermination des taux de parasitisme sur le terrain, et ce, sans risque de biaiser les résultats obtenus.

Dernière mise à jour :