Publications du Service canadien des forêts

Inbreeding depression in intra-provenance crosses driven by founder relatedness in white spruce. 2014. Doerksen, T.K.; Bousquet, J.; Beaulieu, J. Tree Genet. Genomes 10:203-212.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35360

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1007/s11295-013-0676-y

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

L’épinette blanche est une essence très recherchée par l’industrie forestière et elle se classe parmi les plus plantées, notamment au Québec. Elle fait l’objet de nombreux travaux d’amélioration génétique.

Dans cette étude, les chercheurs voulaient savoir si les descendants d’épinettes blanches apparentées croissaient moins rapidement que ceux d’arbres non apparentés. Des descendances biparentales d’arbres issues d’une même provenance et de provenances différentes avaient été générées par croisements dirigés au cours des années 1990. Les risques de consanguinité (inbreeding) sont évidemment plus élevés lorsque les parents viennent d’une même provenance. Pour estimer le degré de consanguinité entre les arbres, les chercheurs se sont servis de plus de 5 000 marqueurs génétiques. Leurs résultats ont permis de confirmer qu’il y avait bien consanguinité entre certains arbres venant de la même provenance et que la hauteur à 15 ans de leurs descendants était de 6 % inférieure à celle des arbres ayant des parents non apparentés.

Ces résultats démontrent l’importance de s’assurer que les arbres constituant une plantation aménagée pour une production rapide et abondante de semences améliorées (verger à graines) ne sont pas apparentés ou sont des parents très éloignés (au plus les descendants issus de deux « cousins germains »).

Dernière mise à jour :