Publications du Service canadien des forêts

An analysis of controls on fire activity in boreal Canada: comparing models built with different temporal resolutions. 2014. Parisien, M.-A.; Parks, S.A.; Krawchuk, M.A.; Little, J.M.; Flannigan, M.D.; Gowman, L.M.; Moritz, M.A. Ecological Applications 24(6):1341-1356.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35319

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1890/13-1477.1

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Dans le cadre du présent projet, des chercheurs du Canada et des États-Unis ont comparé deux méthodes de modélisation informatique des risques de feu pour l’ensemble de la forêt boréale canadienne, à partir de données recueillies de 1980 à 2010 (31 années). Les deux types de modèles communément employés tendent à privilégier soit les changements survenant au fil du temps, soit les différences existant d’une région à l’autre. En effet, les modèles ciblant les changements climatiques et météorologiques qui surviennent d’une saison à l’autre et d’une année à l’autre portent généralement sur de vastes territoires et accordent donc plus d’importance à ces changements qu’aux différences existant entre les diverses régions, tandis que les modèles ciblant davantage des facteurs non climatiques tels que le type de forêt sont généralement fondés sur des moyennes climatiques (température, humidité, etc.) établies sur de longues périodes. Les chercheurs ont donc créé deux modèles, fondés respectivement sur les variations climatiques annuelles et sur des périodes de plusieurs dizaines d’années, et ils ont comparé les prédictions obtenues au moyen de ces modèles à des données sur les feux de forêt tirées de la base de données du Service canadien des forêts. Ils ont ainsi constaté que les prédictions obtenues avec les deux modèles étaient semblables et concordaient étroitement avec les données historiques sur l’activité des feux. L’utilisation des deux modèles permet de comprendre de manière plus précise les facteurs intervenant dans le risque de feu; cependant, si les ressources sont limitées, on peut utiliser uniquement le modèle fondé sur les moyennes climatiques pour modéliser le risque de feu de forêt au Canada. Ce résultat accroît la confiance pouvant être accordée aux modèles fondés sur les moyennes climatiques, qui fournissent les données nécessaires à une prévention des feux de forêt et à une atténuation des risques de feu.