Publications du Service canadien des forêts

Nutrient uptake and growth of fireweed (Chamerion angustifolium) on reclamation soils. 2014. Pinno, B.D.; Landhäusser, S.M.; Chow, P.S.; Quideau, S.A.; MacKenzie, M.D. Canadian Journal of Forest Research 44(1):1-7.

Année : 2014

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35307

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjfr-2013-0091

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

La remise en état des terrains forestiers après l'exploitation des sables bitumineux exige le rétablissement d'écosystèmes forestiers boréaux durables constitués d'espèces de plantes forestières indigènes. Cette étude en serre a porté sur la germination, la croissance et l'absorption des nutriments de l'épilobe en épi (Chamerion angustifolium (L.) Holub), une espèce circumpolaire commune dans la forêt boréale. L'épilobe en épi a été cultivé sur une variété de types de sol à réhabiliter dont le contenu en azote (N) et en phosphore (P) variait grandement et qui ont par la suite été amendés avec différentes formulations de fertilisant. Sans l'ajout de fertilisant, la germination, la croissance racinaire initiale et la croissance aérienne ont été les meilleures sur un mélange de couverture morte et de sol minéral. Avec la fertilisation, la meilleure croissance de l'épilobe en épi est survenue avec l'ajout d'un fertilisant NPK. Dans le cas de la fertilisation avec N ou PK seuls, la réaction en croissance dépendait du type de sol, ce qui indique que des mélanges de fertilisant adaptés à chaque station pourraient être nécessaires pour maximiser la croissance des plantes. L'absorption de nutriments sans apport de fertilisant était la plus forte dans le mélange de couverture morte et de sol minéral tandis qu'il n'y avait presque pas d'absorption de N dans le mélange de tourbe et de sol minéral, même si ce mélange avait le plus haut taux d'apport de N. L'épilobe en épi offre un fort potentiel d'utilisation pour la réhabilitation forestière étant donné sa capacité de germer et de croître sur les sols réhabilités et d'absorber efficacement les nutriments dans le sol favorisant ainsi la capture, l'accumulation et probablement le recyclage des nutriments dans les sites récemment réhabilités.

Résumé en langage clair et simple

La remise en état des terres forestières après l’exploitation des sables bitumineux consiste notamment à rétablir les écosystèmes forestiers boréaux et les plantes indigènes qui les composent, par exemple l’épilobe à feuilles étroites, plante commune du sous-étage. Dans le cadre d’une étude en serre, nous avons évalué le taux de germination, la croissance et le prélèvement des nutriments de l’épilobe à feuilles étroites dans différents types de sol utilisés pour la remise en état; les concentrations en nutriments des types de sol utilisés variaient grandement, et divers nutriments ont été ajoutés. Sans engrais, le taux de germination et la croissance ont été les plus élevés avec le sol prélevé dans les forêts naturelles. La fertilisation a permis une amélioration de la croissance des plantes seulement dans certains types de sol; il pourrait être nécessaire de préparer des mélanges d’engrais adaptés à chaque site pour maximiser la croissance des plantes. L’épilobe à feuilles étroites a un grand potentiel pour la remise en état des forêts, car il est capable de germer et de croître dans les sols utilisés pour la remise en état. En outre, il prélève efficacement les nutriments du sol et favorise donc le captage et l’accumulation des nutriments ainsi que le cycle des nutriments dans les sites ayant nouvellement subi une remise en état.