Publications du Service canadien des forêts

Ultrastructure of prothoracic pore structures of longhorn beetles (Coleoptera: Cerambycidae, Cerambycinae) native to Jilin, China. 2013. Li, Y.; Meng, Q.; Sweeney, J.D.; Gao, W. Annals of the Entomological Society of America 106(5): 637–642.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 35292

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1603/AN12102

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Les phéromones sont des composés chimiques émis par de nombreux animaux qui stimulent le comportement des membres de leur propre espèce (p. ex. attraction des partenaires sexuels sur de grandes distances). Elles peuvent être utilisées à profit pour la surveillance et la détection des espèces d’insectes envahissantes. Chez les longicornes de la sous-famille des Cérambycinés, la production de phéromones sexuelles pouvant être détectées à de grandes distances a été associée à la présence de structures poreuses spéciales sur le corps des mâles. Ces structures ne sont toutefois pas présentes chez tous les membres de cette sous-famille. Notre but était de mettre au point des outils améliorés pour la surveillance et la détection d’espèces de longicornes potentiellement nuisibles susceptibles d’être introduites accidentellement au Canada par le commerce international. Dans le cadre de cette étude, nous avons examiné des spécimens de plusieurs espèces indigènes originaires de la province de Jilin, en Chine, afin de déterminer si elles possédaient des structures poreuses caractéristiques associées à la production de phéromones et pouvaient dès lors faire l’objet de recherches plus approfondies. Nous avons observé de telles structures chez les mâles des neuf espèces suivantes : Chlorophorus sexmaculatus (Kraatz), Chlorophorus sulcaticeps Pic, Chlorophorus motschulskyi (Gangl), Cyrtoclytus capra Germar, Plagionotus pulcher Blessig, Rhaphuma acutivittis (Kraatz), Xylotrechus clarinus Bates, Xylotrechus rusticus L. et Xylotrechus cuneipennis (Kraatz). La densité et le diamètre des pores différaient substantiellement d’une espèce à l’autre. Ces observations semblent indiquer que ces espèces émettent et perçoivent à grande distance des phéromones et que la mise au point d’outils de détection à base de phéromones pourrait être couronnée de succès.

Dernière mise à jour :