Publications du Service canadien des forêts

Impact of short-term exposure to low subzero temperatures on egg hatch in the hemlock looper, Lambdina fiscellaria. 2013. Delisle, J.; Labrecque, A.; Royer, L.; Bernier-Cardou, M.; Bauce, É.; Charest, M.; Larrivée, S. Entomol. Exp. Appl. 149:206-218.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 35201

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1111/eea.12123

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

La fréquence et l’intensité des événements climatiques extrêmes sont appelées à augmenter au cours des prochaines années en raison du changement climatique. Pour les insectes, cela signifie qu’ils devront s’adapter afin de résister à des changements brusques de température, notamment lors des grands froids hivernaux. Parmi les insectes qui risquent d’être affectés, figure l’arpenteuse de la pruche, un important ravageur des sapinières de l’est du Canada.

L’arpenteuse de la pruche passe l’hiver au stade de l’œuf sur les troncs ou les branches des arbres. Les œufs sont donc soumis aux aléas climatiques, incluant de basses températures. Par des tests en laboratoire et au champ réalisés au Québec (Québec, Réserve faunique des Laurentides, Appalaches) et à Terre-Neuve-et-Labrador (Corner Brook), les chercheurs ont déterminé, pour les œufs de cet insecte, le point de congélation (-40,1 °C), le taux de survie hivernale et le niveau de tolérance au froid en fonction de la durée d’exposition.

À Québec et à Corner Brook, les chercheurs ont estimé le taux de survie hivernal de la population globale à 60 %, tandis que dans la Réserve faunique des Laurentides (Petit lac à l’Épaule) et dans les Appalaches (Armagh), aucun des œufs implantés en forêt n’a survécu à l’hiver. Dans ces deux dernières régions, la température a atteint -40 °C à une occasion au cours du mois de janvier.

Les tests de tolérance au froid ont révélé que 50 % des œufs ne survivaient pas après avoir été exposé pendant quatre heures à -35 °C, alors que le pourcentage passait à 100 % après deux heures à -37 °C. Cela démontre la très grande vulnérabilité des œufs de l’arpenteuse de la pruche aux vagues de froid intense qui perdurent ne serait-ce que quelques heures.

Dernière mise à jour :