Publications du Service canadien des forêts

Changes in white pine blister rust infection and mortality in limber pine over time. 2013. Smith, C.M.; Langor, D.W.; Myrholm, C.; Weber, J.; Gillies, C. Stuart-Smith, J. Canadian Journal of Forest Research 43:919-928.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 35197

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/cjfr-2013-0072

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Le pin flexible (Pinus flexilis E. James) est menacé par la rouille vésiculeuse du pin blanc (RVPB), le dendroctone du pin ponderosa, la sécheresse et la suppression du feu partout dans son aire de répartition dans l’ouest de l’Amérique du Nord. En 2003–2004, nous avons établi 85 placettes pour évaluer la mortalité et l’incidence de la RVPB sur le pin flexible et nous les avons remesurées en 2009. L’infection était évidente dans 74 % des placettes en 2003–2004 et 88 % des placettes en 2009. La proportion des arbres morts a augmenté de 32 % en 2003–2004 à 35 % en 2009. Le pourcentage d’arbres vivants infectés est passé de 33 % en 2003–2004 à 43 % en 2009. La surface terrière moyenne des pins flexibles vivants variait en 2009 de 0,03 à 77,8 m2/ha par placettes. Il n’y n’avait aucun semis dans 24 % des placettes lors de la première mesure contre seulement 15 % lors de la seconde mesure. Le taux d’infection des semis était faible (8 % en 2003–2004 et 4 % en 2009). Dans 12 placettes remesurées trois fois, la mortalité est passée de 30 % de tous les arbres en 1996 à 50 % en 2003 puis a diminué à 46 % en 2009. Le taux d’infection est passé de 73 % des arbres vivants en 1996 à 46 % en 2003 puis a augmenté à 66 % en 2009. Les taux élevés d’infection et de mortalité indiquent que la persistance à long terme de plusieurs populations de pin flexible dans la partie sud de la zone d’étude est menacée et qu’un suivi continu est nécessaire pour faciliter les décisions d’aménagement.

Résumé en langage clair et simple

Dans le présent article, nous faisons état des résultats d’enquêtes menées en 1996, 2003 et 2009 sur la santé du pin flexible, arbre qui joue un important rôle écosystémique en Alberta et en Colombie-Britannique. Les enquêtes ont révélé que le champignon qui cause la rouille vésiculeuse du pin blanc, introduit d’Eurasie, nuisait à la santé des arbres et causait leur mort. Selon les données recueillies dans 85 parcelles en 2003 et 2009, le pourcentage de parcelles infectées par ce champignon est passé de 74 à 88 %, le pourcentage d’arbres infectés est passé de 33 à 43 %, et le taux de mortalité associé à la rouille vésiculeuse du pin blanc est passé de 32 à 35 % au cours de cette période. Les taux d’infection et de mortalité étaient moins élevés à l’extrémité nord de l’aire de répartition de l’espèce. Le taux d’infection des plantules était faible (8 % en 2003 et 4 % en 2009). Les taux élevés d’infection et de mortalité associés à la rouille vésiculeuse du pin blanc pourraient finir par causer la disparition du pin flexible dans le sud de son aire de répartition.

Dernière mise à jour :