Publications du Service canadien des forêts

Vegetation limits the impact of climate warming on boreal wildfires. 2013. Girardin, M.P.; Ali, A.A.; Carcaillet, C.; Blarquez, O.; Hely, C.; Terrier, A.; Genries, A.; Bergeron, Y. New Phytol. 199:1001-1011.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34927

Langue : Français

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1111/nph.12322

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

L’introduction de feuillus en forêt boréale est une stratégie envisagée afin de réduire le risque de feux. Toutefois, la démonstration de l’efficacité de cette stratégie reste à faire.

Dans cette étude, les chercheurs ont combiné des données provenant de l’analyse des charbons de lacs, de modèles climatiques et de la modélisation de la fréquence des feux avec des données sur la composition des forêts.

L’analyse des charbons de lacs de la forêt boréale de l’est du Canada indique que la fréquence des feux était plus élevée il y a de 6 000 à 3 000 ans que lors de la période préindustrielle (vers 1750). Toutefois, dans la partie sud du territoire étudié, la fréquence des feux n’est pas significativement plus élevée. Les chercheurs concluent que le risque de feu plus élevé, en raison d’un climat plus chaud et plus sec dans la partie sud, est contrecarré par la plus grande présence de feuillus.

Dernière mise à jour :