Publications du Service canadien des forêts

Estimating stand-scale biomass, nutrient contents, and associated uncertainties for tree species of Canadian forests. 2013. Paré, D.; Bernier, P.; Lafleur, B.; Titus, B.D.; Thiffault, E.; Maynard, D.G.; Guo, X. Can. J. For. Res. 43:599-608.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34866

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/cjfr-2012-0454

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

La demande croissante pour les résidus de coupe à des fins de bioénergie génère des préoccupations de perte de productivité suite à l'exportation d'éléments nutritifs. Nous avons développé des équations allométriques de biomasse à l'échelle du peuplement pour 30 espèces d'arbre dominantes de la forêt canadienne utilisant la surface terrière comme variable indépendante, à partir d'équations nationales de biomasse à l'échelle de l'arbre et de l'information provenant d'un inventaire national de parcelles forestières. Nous avons aussi compilé plus de 12 800 valeurs de concentrations de nutriments pour diverses composantes d'arbre et d'espèces qui provenaient de bases de données existantes et de la littérature. L'incertitude a été propagée dans les équations allométriques et au travers de la transformation des concentrations de nutriments en contenus. La plupart des incertitudes se retrouvent au niveau des mesures de concentrations de nutriments. Ce sont les estimés du phosphore dans les compartiments ligneux ainsi que ceux du calcium dans le feuillage qui sont les plus incertains. Le regroupement des espèces par genre n'a généré qu'une faible perte de précision. Le couplage des équations de biomasse et des mesures de concentrations en nutriments permet d'estimer les quantités de biomasse et de nutriments par composante d'arbre et par espèce exportées des peuplements commerciaux lors de leur récolte. Cependant, l'incertitude sur ces estimés est suffisamment importante pour nécessiter sa prise en compte pour les prises de décision.

Résumé en langage clair et simple

Le développement de l’industrie de la bioénergie forestière nécessite des estimations des quantités de biomasse disponibles les plus précises possible ainsi que des méthodes d’évaluation de la durabilité des pratiques qui soient performantes, transparentes et applicables sur de grands territoires.

Pour répondre à cette préoccupation, les chercheurs du SCF ont développé des modèles mathématiques permettant d’estimer, pour la première fois à l’échelle du peuplement forestier, les quantités de biomasse et de nutriments disponibles par composante d’arbre (tronc, branche, écorce et feuille) et par espèce. Ces modèles sont valables pour 30 essences dominantes de la forêt canadienne. Cet article présente également des orientations de recherche pour réduire l’incertitude entourant ces modèles mathématiques et pour étendre ainsi leur application dans la gestion du milieu forestier.

Dernière mise à jour :