Publications du Service canadien des forêts

Elucidating pheromone and host volatile components attractive to the spruce beetle, Dendroctonus rufipennis (Coleoptera: Curculionidae) in eastern Canada. 2013. Ryall, K.L.; Silk, P.; Thurston, G.S.; Scarr, T.A.; de Groot, P. Canadian Entomologist 145:406-415.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 34822

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.4039/tce.2013.17

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

La frontaline, le seudénol et un mélange de terpènes d’épinette sont les composantes essentielles d'un appât utilisé pour la surveillance du dendroctone de l’épinette, Dendroctonus rufipennis (Kirby) (Coleoptera: Curculionidae: Scolytinae), dans l'Est du Canada; dans plusieurs essais en nature, cet appât est celui qui a permis la récolte du plus grand nombre de coléoptères. L'appât commercial standard à deux composantes pour cette espèce, mis au point pour des populations de l'Ouest de l'Amérique du Nord et composé de 95%:5% (±)-α-pinène et de frontaline, ne réussit pas à attirer les insectes dans les pièges dans le Canada Atlantique. Nous avons donc entrepris des essais de piégeage afin de découvrir une meilleure combinaison de phéromones et de produits volatils de l'hôte pour cette région. L'analyse des produits volatils émis par des D. rufipennis récoltés à Terre-Neuve et en Nouvelle-Écosse, Canada, révèle la présence de seudénol, une composante additionnelle produite par la femelle. Une analyse en laboratoire d'hôtes de l'Est (__ (Moench) Voss; Pinaceae) indique la présence de 75%:25% (±)-α-pinène; cependant un appât à deux composantes comprenant de la 75%:25% (±)-α-pinène et de la frontaline ne permet pas la capture de plus de coléoptères qu'un piège témoin sans appât. La frontaline et le seudénol seuls ou le mélange de terpènes d’épinette avec de l’éthanol seul produisent généralement les récoltes les plus faibles dans les pièges; cependant, en combinaison, ils provoquent les plus fortes captures de D. rufipennis, ce qui appuie l'hypothèse selon laquelle les produits volatils de l'hôte ont une action synergique sur l'attraction exercée par la phéromone. Nos résultats soulignent l'importance de la variation géographique sur la réaction aux phéromones et aux kairomones chez ce dendroctone.

Résumé en langage clair et simple

Cette étude avait pour objet d’accroître les connaissances sur l’écologie des phéromones du dendroctone de l’épinette (espèce indigène) dans l’Est canadien et de comparer les résultats obtenus avec ceux d’études réalisées dans l’ouest de l’Amérique du Nord. Nous avons effectué des essais sur diverses combinaisons de substances volatiles de l’hôte et de phéromones pour trouver un appât amélioré qui attirerait les dendroctones de l’épinette de l’Est canadien, l’appât utilisé dans l’ouest de l’Amérique du Nord y étant inefficace. Nous avons également déterminé que les phéromones des dendroctones femelles des populations orientales renfermaient une composante que l’on ne trouve pas chez les femelles de l’Ouest. Nous avons conclu qu’il y avait une variation considérable du type et de la quantité de phéromones utilisées dans les populations de cette espèce dans l’ensemble de l’aire de répartition géographique. Ce constat est important, car les gestionnaires des forêts doivent utiliser la bonne combinaison d’appâts pour adéquatement échantillonner et surveiller les populations de dendroctones de l’épinette.

Dernière mise à jour :