Publications du Service canadien des forêts

Climate change-induced shifts in fire for Mediterranean ecosystems. 2013. Batllori, E.; Parisien, M.-A.; Krawchuk, M.A.; Moritz, M.A. Global Ecology and Biogeography 22(10):1118-1129.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 34800

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/geb.12065

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Le nombre de feux échappés se déclenchant dans le monde est fortement lié au climat. De ce fait, lorsque les conditions climatiques changent, l’activité des feux change aussi. Les responsables des endroits dans le monde qui sont sujets aux incendies expriment une préoccupation importante : les conditions favorisant les feux échappés – temps chaud, sec et venteux (soit le « temps propice aux incendies ») – devraient s’aggraver à l’avenir. La présente étude met l’accent sur les cinq régions méditerranéennes du monde, lesquelles présentent une végétation allant de forêts luxuriantes à des zones arbustives sèches. À l’aide de modèles statistiques, nous avons évalué le rôle que joue le climat sur les feux échappés dans ces régions et avons fait des prédictions sur le nombre de feux pouvant se déclencher au cours du prochain siècle. Les résultats ont montré que la façon dont les feux échappés réagissent aux changements climatiques dans les régions méditerranéennes n’est pas identique partout. Dans les endroits où la végétation est abondante, le nombre de feux échappés devrait augmenter. Par contre, dans les zones arbustives, où la végétation est clairsemée, les conditions de plus en plus chaudes et sèches vont probablement mener à la disparition de la couverture végétale, ce qui réduira la possibilité de déclenchement des feux échappés. La présente publication démontre que la présence du temps extrême propice aux incendies prévu dans l’avenir pourrait entraîner l’augmentation du nombre de feux échappés dans certains secteurs et sa diminution dans d’autres secteurs.