Publications du Service canadien des forêts

A sampling unit for estimating gall densities of Paradiplosis tumifex (Diptera: Cecidomyiidae) in Christmas tree stands. 2013. Carleton, R.D.; Silk, P.J.; Eveleigh, E.S.; Heard, S.B.; Dickie, C. The Canadian Entomologist 145: 343–349. doi:10.4039/tce.2012.104, 00: 1-7.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 34794

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.4039/tce.2012.104

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

À partir de relevés de terrain menés dans le centre du Nouveau-Brunswick au Canada, nous avons voulu établir une procédure d’échantillonnage permettant d’évaluer efficacement la densité de la cécidomyie du sapin (Paradiplosis tumifex Gagné) (Diptera : Cecidomyiidae) ainsi que les dommages causés par cet insecte au sapin baumier (Abies balsamea (Linnaeus) Miller), l’arbre de Noël. Le taux d’infestation était plus élevé dans les grands arbres par rapport aux petits ainsi que dans les branches médianes et supérieures par rapport aux inférieures. Cependant, la relation existant entre le taux d’infestation et les sites, la classe de hauteur de l’arbre et la hauteur au sein du houppier s’est révélée très complexe et pourrait faire intervenir une covariation de la longueur des pousses avec la classe de hauteur et la hauteur au sein du houppier. Par conséquent, les variations observées dans le taux d’infestation s’expliquent difficilement par une relation simple. Cette complexité souligne la nécessité de trouver des unités d’échantillonnage permettant une prédiction simple, mais relativement exacte de l’impact de la cécidomyie sur l’arbre entier. Nous avons trouvé une telle unité : la densité de cécidomyies dans les pousses de premier ordre apparues au cours de l’année dans une branche médiane du houppier permet d’expliquer 81% de la variance inter-arbres du taux d’infestation total.

Résumé en langage clair et simple

En général, la répartition des dommages causés par les insectes chez les plantes dépend de certains facteurs sous-jacents ou d’une combinaison de facteurs (qualité de la ressource, prédateurs, etc.). Si on parvient à décrire cette répartition, on peut cibler des unités d’échantillonnage permettant de prévoir les dommages causés par les insectes à l’échelle de la plante en entier. En outre, une unité d’échantillonnage simple permet de rapidement évaluer les dommages causés par les insectes à plus grande échelle et ainsi d’améliorer les stratégies de prise de décisions en matière de lutte. Nous avons déterminé le lien entre la répartition de la galle causée par la cécidomyie du sapin et l’étendue des dommages dans de jeunes peuplements de sapin baumier, dans le centre du Nouveau-Brunswick. Nos résultats montrent que la présence d’un groupe de galles sur les bourgeons terminaux qui sont exposés au sud et situés à la mi-hauteur du houppier permet de prédire la densité des galles sur l’arbre en entier. Cette unité d’échantillonnage sera utilisée dans le cadre de recherches futures, pour mettre au point un plan d’échantillonnage visant la cécidomyie du sapin dans les jeunes peuplements de sapin baumier.

Dernière mise à jour :