Publications du Service canadien des forêts

Steps in the biosynthesis of fuscumol in the longhorn beetles Tetropium fuscum (F.) and Tetropium cinnamopterum Kirby. 2013. Mayo, P.D.; Silk, P.J.; Cusson, M.; Béliveau, C. Journal of Chemical Ecology 39:377–389.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 34762

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10:1007/s10886-013-0260-9

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Le fuscumol ((2S,5E)-6,10-diméthylundéca-5,9-dién-2-ol) a récemment été identifié comme la phéromone d’agrégation produite par le mâle du longicorne brun de l’épinette (Tetropium fuscum (F.)) et du longicorne cannelle (Tetropium cinnamopterum Kirby). Plusieurs autres espèces utilisent ce motif d’alcool de type homoterpénoïde, sa cétone ou son acétate en tant qu’élément de leur système de phéromones. Les études sur la biosynthèse de ces composés chez ces deux espèces de Tetropium ont montré que la géranylacétone ((5E)-6,10-diméthylundéca-5,9-dién-2-one) et le farnésol ((2E,6E)-3,7,11-triméthyl-dodéca-2,6-10-trién-1-ol) sont tous deux des intermédiaires de ce procédé. Ce résultat a été obtenu en appliquant lors d’expériences distinctes de la géranylacétone et du farnésol marqués au deutérium au sternum abdominal de T. fuscum et T. cinnamopterum vivants et en analysant le marquage au deutérium du fuscumol et de la géranylacétone émis par les insectes, au moyen d’une microextraction en phase solide (SMEPS) et d’une analyse par CG/SM. Les études du marquage au deutérium ont aussi montré que le nérolidol ((3S,6E)-3,7,11-triméthyldodéca-1,6,10-trièn-3-ol) et le 2,3-époxyfarnésol ne sont pas des intermédiaires de la synthèse du fuscumol ni de la géranylacétone chez T. fuscum ou T. cinnamopterum. L’expression spécifique du tissu de T. fuscum de la farnésyl-diphosphate-synthase (TfFPPS), un enzyme qu’on pense être un précurseur clé du fuscumol, a été mesurée. Les transcrits de TfFPPS étaient relativement abondants dans l’intestin moyen des mâles, mais se retrouvaient aussi à des niveaux significatifs dans d’autres tissus.

Résumé en langage clair et simple

Les coléoptères mâles et femelles utilisent des phéromones pour se rassembler sur les arbres hôtes en vue de l’accouplement. Chez le longicorne brun de l’épinette (Tetropium fuscum), insecte envahissant originaire d’Europe qui inflige actuellement des dommages importants à l’épinette rouge en Nouvelle-Écosse, ce sont les mâles qui produisent la phéromone (fuscumol) favorisant la rencontre des partenaires sur les arbres hôtes. Nos résultats révèlent que la phéromone est biosynthétisée directement dans le mésentéron du ravageur et non pas à partir de substances ingérées par ce dernier. Cette constatation contribue à notre compréhension des processus de communication et de la taxonomie chez cette espèce et pourrait faciliter l’élaboration de nouveaux procédés de lutte visant à freiner la dispersion du ravageur.

Dernière mise à jour :