Publications du Service canadien des forêts

Prepupal diapause and instar iv developmental rates of the spruce beetle, Dendroctonus rufipennis (Coleoptera: Curculionidae, Scolytinae). 2011. Hansen, E.M.; Bentz, B.J.; Powell, J.A.; Gray, D.R.; Vandygriff, J.C. Journal of Insect Physiology 57(10): 1347–1357.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 34729

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Le dendroctone de l’épinette (Dendroctonus rufipennis (Kirby)) est un important agent de mortalité des épinettes indigènes partout en Amérique du Nord. Selon la température, son cycle vital dure de 1 à 3 ans. L’univoltinisme (une génération par année) de l’espèce maximise vraisemblablement le risque de pullulation et accélère la mort des arbres hôtes durant les infestations. La diapause prénymphale est associée au cycle semivoltin (une génération aux 2 ans), et nous avons tenté de déterminer les conditions thermiques qui favorisent son induction. Dans le cadre d’expériences préliminaires, nous avons eu recours à la respirométrie pour départager les individus en diapause de ceux qui ne l’étaient pas, mais cette technique s’est révélée inefficace à cause de la faible intensité de la respiration avant et pendant la nymphose, sans égard à l’état de diapause. L’induction de la diapause a donc été déduite à partir des retards de développement observés. La réponse de développement observée ne correspondait pas à un état binaire caractérisé ou non par un retard de développement mais variait plutôt continuellement. Nous avons constaté qu’une exposition à des températures inférieures à 15 °C depuis le stade larvaire III jusqu’au milieu du stade larvaire IV donne lieu à des retards de développement plus importants que ceux prévus en cas d’exposition à des températures fraîches. Nous avons également noté que la durée de l’exposition à des températures fraîches a un impact important sur l’ampleur du retard de développement. Le développement n’était pas retardé ou l’était seulement très faiblement lorsque l’exposition cumulée à des températures inférieures à 15 °C était étalée sur moins de 20 jours, mais il était distinctement interrompu si cette exposition se prolongeait sur plus de 40 jours. Une exposition de durée intermédiaire à des températures fraîches a entraîné de légers retards de développement. Nous nous sommes fondés sur nos résultats pour paramétriser un modèle d’estimation du maximum de vraisemblance des taux de développement dépendant de la température au stade larvaire IV intégrant les effets de la diapause. Ce modèle peut être inclus dans un modèle de la phénologie du dendroctone de l’épinette permettant de prévoir la dynamique des populations du ravageur.

Dernière mise à jour :