Publications du Service canadien des forêts

Impact of salvage logging on stand structure and beetle diversity in boreal balsam fir forest, 20 years after a spruce budworm outbreak. 2013. Norvez, O.; Hébert, C.; Bélanger, L. For. Ecol. Manag. 302:122-132.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34714

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé en langage clair et simple

Les épidémies de tordeuses des bourgeons de l’épinette constituent la perturbation naturelle la plus importante à se produire dans les sapinières canadiennes. Au Québec, une épidémie sévère qui a pris fin au début des années 1990 a dévasté des millions d’hectares de forêts. Des coupes de récupération intensives ont alors eu lieu. Vingt ans plus tard, les chercheurs ont comparé les effets de trois traitements sylvicoles effectués après ces coupes avec des peuplements témoins. Les coupes de récupération ont tout d’abord une incidence sur la structure des forêts : elles diminuent la quantité de bois mort en moyenne des deux tiers. Non seulement le bois mort est moins abondant, mais il présente des niveaux de décomposition moins variables. Cela a une incidence négative sur la diversité des coléoptères, un groupe d’insectes associés au bois mort.

Le niveau de diversité des coléoptères se trouve à être également affaibli par les microperturbations générées lors des interventions en forêt qui ont suivi les coupes de récupération (p. ex., lors des travaux de préparation de terrain pour la plantation).

La planification des coupes de récupération devrait donc s’assurer : 1) de conserver suffisamment de peuplements touchés par la tordeuse des bourgeons de l’épinette pour maintenir du bois mort en quantité et en qualité suffisante sur le territoire et 2) que les travaux d’aménagement dans les peuplements récupérés favorisent un retour à leur dynamique naturelle.

Dernière mise à jour :