Publications du Service canadien des forêts

Characterization of the polydnaviral 'T. rostrale virus' (TrV) gene family: TrV1 expression inhibits in vitro cell proliferation. 2013. Djoumad, A.; Dallaire, F.; Lucarotti, C.J.; Cusson, M. J. Gen. Virol. 94:1134-1144.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34664

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1099/vir.0.049817-0

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Certaines guêpes utilisent leur dard pour pondre, sous la peau des chenilles, un oeuf contenant une larve qui se nourrira des tissus internes de ces dernières. Peu avant la fin de son développement larvaire, la guêpe quittera son hôte, la chenille, pour se transformer en guêpe adulte. La vie parasitaire que mènent l’œuf et la larve de ces guêpes présente une caractéristique qui leur permet de se soustraire à la réponse immunitaire de l’hôte. Pour l’aider dans cette tâche, la guêpe bénéficie d’un allié redoutable, un virus, qu’elle transmet à la chenille au moment de la ponte. Dans la chenille, le virus exprime des gènes qui ont pour effet de diminuer la réponse immunitaire de l’hôte. Ce virus appartient au groupe des « polydnavirus », lequel contient deux sous-groupes : les « bracovirus » et les « ichnovirus », lesquels sont associés aux guêpes des familles Braconidae et Ichneumonidae, respectivement. Toutefois, les ichnovirus ne forment pas un groupe homogène, car deux lignées très distinctes ont été identifiées. Cependant, la caractérisation d’une de ces lignées repose sur l’étude d’un seul virus, celui transmis par la guêpe Glypta fumiferanae à la tordeuse des bougeons de l’épinette. Dans le cadre de la présente étude, nous avons isolé un second ichnovirus de cette lignée, celui qui est présent chez la guêpe Apophua simplicipes, laquelle parasite la tordeuse à bandes obliques. Cette étude a mis en évidence des caractéristiques communes aux deux virus, démontrant ainsi que la première description est vraisemblablement représentative de l’ensemble des virus de cette lignée.