Publications du Service canadien des forêts

Two-year oscillation cycle of soybean aphid (Homoptera: Aphididae) in Indiana: the role of predation and dispersal. 2010. Rhainds, M.; Yoo, H.J.S.; Kindlmann, P.; Voegtlin, D.J.; Castillo, D.; Rutledge, C.; Sadof, C.S.; Yaninek, S.; O’Neil, R.J. Agricultural and Forest Entomology 12: 251–257.

Année : 2010

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 34614

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

  1. Les auteurs ont évalué la dynamique des populations d’un puceron hétéroïque, le puceron du soya (Aphis glycines Matsumura) (Hemiptera: Aphididae), durant huit ans en Indiana, peu de temps après la détection du ravageur en Amérique du Nord. Des échantillonnages réalisés en divers endroits ont révélé que les populations de l’A. glycines suivaient un cycle oscillatoire de deux ans qui s’est répété quatre fois entre 2001 et 2008 : les années de faible abondance étant systématiquement suivies par des années de forte abondance.
  2. La similarité des fluctuations d’abondance tant intraannuelles qu’interannuelles observées chez l’A. glycines et les coccinelles (Coleoptera: Coccinellidae) dans les champs de soya donne à croire que la prédation par les coccinelles en fin de saison influe sur le cycle oscillatoire des pucerons. La punaise Orius insidiosus (Say) (Hemiptera: Anthocoridae) était plus abondante que les coccinelles, mais le manque de synchronisme entre elle et les pucerons donne à croire qu’elle a peu d’impact sur les variations interannuelles de la densité des pucerons.
  3. La relation inverse relevée entre les densités des populations de pucerons avant et après le début de la période de migration automnale change de direction d’une année à l’autre. Les années où les pucerons sont présents en forte densité sur le soya en été, le nombre de migrateurs tardifs produits en automne est faible. À l’inverse, les années où les densités de pucerons sur les plants sont faibles en été, les individus tardifs migrant vers l’hôte primaire en automne sont nombreux.
  4. Dans une perspective de lutte antiparasitaire, le cycle oscillatoire de deux ans de l’A. glycines est un attribut de la dynamique des populations souhaitable parce cela signifie que le puceron inflige des dommages économiques importants seulement une année sur deux (et non chaque année). Les pratiques culturales visant à sauvegarder le rôle joué par les coccinelles à titre d’agents de lutte biologique pourraient contribuer à préserver la périodicité des infestations de pucerons et à limiter le statut de ravageur de l’A. glycines.