Publications du Service canadien des forêts

Spread of a Gammabaculovirus within larval populations of its natural balsam fir sawfly host (Neodiprion abietis) host following its aerial application. 2012. Graves, R.; Lucarotti, C.J.; Quiring, D.T. Insects 3(4): 912-929, doi:10.3390/insects3040912.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 34579

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.3390/insects3040912

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

En juillet et en août 2002, nous avons effectué des essais sur le terrain et des évaluations de l’efficacité du nucléopolyédrovirus du diprion du sapin (Neodiprion abietis) (NeabNPV: Baculoviridae, Gammabaculovirus) contre son hôte naturel près de Corner Brook (Terre-Neuve-et-Labrador), au Canada, dans des peuplements régénérés naturellement, soumis à des éclaircies précommerciales et à couvert dominé par le sapin baumier (Abies balsamea). Nous avons établi deux parcelles expérimentales (Island Pond et Old Man’s Pond), chacune située dans sa propre zone témoin non traitée. Dans la parcelle Island Pond, nous avons examiné la transmission du NeabNPV aux populations adjacentes du ravageur depuis la parcelle de traitement aérien de 313 ha. Dans la parcelle Old Man’s Pond (2,093 ha), nous avons tenté de déterminer si le NeabNPV pouvait se disperser parmi les populations de diprions du sapin à l’intérieur d’une zone de 200 m comprises entre les bandes traitées. Le NeabNPV a été appliqué dans les parcelles de traitement à l’aide d’un appareil Cessna 188B AgTruck équipé d’’atomiseurs rotatifs MicronAir AU4000 à une dose d’application équivalente à 1 × 109 corps d’inclusion de NeabNPV /ha dans 2,5 L d’une solution aqueuse de mélasse à 20 %. Dans la parcelle Island Pond, l’infection à NeabNPV s’est intensifié avec le temps à la suite du traitement, en particulier parmi les larves qui se trouvaient à faible distance de la parcelle traitée, et le taux d’infection a diminué jusqu’à une distance mesurée de 400 m à partir de la parcelle traitée. Dans la parcelle Old Man’s Pond, le taux d’infection à NeabNPV s’est élevé davantage (80 % vs 15 %), et les densités larvaires ont chuté davantage (84 % vs 60 %) dans la zone comprise entre les bandes traitées que dans la parcelle témoin.