Publications du Service canadien des forêts

Transmission of a Gammabaculovirus within cohorts of balsam fir sawfly (Neodiprion abietis) larvae. 2012. Graves, R.; Quiring, D.T.; Lucarotti, C.J. Insects 3: 989–1000, doi:10.3390/insects3040989.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 34578

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.3390/insects3040989

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Les nucléopolyédrovirus (NPV: Gammabaculovirus: Baculoviridae) des diprions (Diprionidae: Hymenoptera) montrent une très grande spécificité à l’égard de l’hôte et n’infectent que l’épithélium du mésentéron. Lorsqu’elles sont encore vivantes, les larves infectées excrètent une diarrhée chargée de NPV qui contamine les sources de nourriture. La consommation de cette diarrhée par d’autres larves de la même espèce entraîne la transmission horizontale rapide du virus. Afin de mieux comprendre l’efficacité des produits de lutte biologique à base de Gammabaculovirus, nous avons étudié la transmission horizontale d’un tel virus (NeabNPV) parmi des cohortes de larves de diprion du sapin (Neodiprion abietis) en introduisant des larves traitées au NeabNPV dans des groupes d’une cohorte à des densités comparables à celles observées durant les phases d’augmentation (étude de terrain) et d’abondance maximale (étude en laboratoire) d’une infestation. Sur le terrain (~200 larves de N. abietis /m2 de feuillage de sapin baumier [Abies balsamea]), la mortalité induite par le NeabNPV a augmenté d’une manière dépendant de la densité de 23 % (chez les groupes témoins) jusqu’à 51 % avec l’ajout d’une larve du premier stade traitée au NeabNPV et jusqu’à 84 % avec l’ajout de dix larves du premier stade traitées. La mortalité s’établissait à 60 % et à 63 % lorsqu’une ou dix larves du troisième stade traitées au NeabNPV, respectivement, étaient introduites dans les groupes. Les taux de mortalité légèrement plus élevés induits par le virus lorsque les larves traitées au NeabNPV étaient introduites dans les cohortes du premier stade plutôt que du troisième stade donnent à croire que les larves du premier stade sont plus sensibles au virus. En laboratoire (~1 330 larves de N. abietis /m2 de feuillage de sapin baumier), la mortalité induite par le NeabNPV a augmenté de 20 % chez les groupes témoins à plus de 80 % parmi les groupes traités de larves du premier stade suite à l’introduction d’une, de cinq ou de dix larves traitées au NeabNPV.