Publications du Service canadien des forêts

Differential effects of post-fire habitat legacies on beta diversity patterns of saproxylic beetles in the boreal forest. 2012. Azeria, E.T.; Ibarzabal, J.; Boucher, J.; Hébert, C. Écoscience 19:316-327.

Année : 2012

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 34455

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.2980/19-4-3500

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Les éléments composants les mosaïques d'habitats après feu comme les arbres morts et mourants ont un rôle structurel clé dans les écosystèmes de la forêt boréale en supportant divers coléoptères saproxyliques. Notre étude visait à comprendre la répartition spatiale de la composition des communautés (diversité bêta) de coléoptères saproxyliques le long de gradients des composantes d'habitat après feu (composition en espèces d'arbres, diamètre des arbres [dbh] et sévérités des feux) et de distance géographique. Durant 2 ans, nous avons collecté les coléoptères saproxyliques émergeant de 360 sections de troncs récoltés dans 72 sites de forêts brûlées. Des tests ont été réalisés afin d'expliquer la diversité bêta totale en la divisant en ses 2 composantes : le renouvellement spatial causé par le remplacement des espèces et la diversité bêta causée par les différences dans la richesse en espèces. Les variations dans les espèces d'arbres, le diamètre des arbres et la sévérité des feux avaient des effets significatifs sur la diversité bêta totale de coléoptères saproxyliques et ces effets étaient dus à l'influence différentielle de ces facteurs sur les 2 composantes de la diversité bêta. La composition en espèces d'arbres avait des effets importants sur le renouvellement spatial des espèces de coléoptères, les pins gris et les épinettes noires ayant des compositions en espèces différentes et qui étaient plus variables entre les sites de pin gris qu'entre ceux d'épinette noire. D'autre part, la variation dans le diamètre des arbres était le principal facteur déterminant pour la composante de la diversité bêta déterminée par la richesse. Celle-ci était la plus élevée entre les groupes ayant le plus petit dbh et ceux ayant le plus grand et elle était la plus faible entre les plus grands arbres et ceux de taille moyenne. De même, la composition déterminée par la richesse différait significativement au sein du gradient de sévérité des feux. Celle-ci était la plus élevée entre les feux sévères et ceux de sévérité faible et la plus faible entre les différents peuplements affectés par un feu de sévérité faible. Une plus grande distance géographique n'influençait pas la répartition de la composition des coléoptères saproxyliques, cependant le type de paysage pourrait avoir un certain effet. Ces résultats peuvent avoir des implications déterminantes pour l'aménagement après feu qui vise entre autres à conserver de façon efficace les coléoptères saproxyliques. Le renouvellement spatial significatif dans la composition saproxylique entre les épinettes noires et les pins gris associé à la spécificité à l'arbre hôte suggère qu'une mosaïque des deux espèces d'arbres devrait être maintenue dans le paysage. Le patron de la diversité bêta déterminée par la richesse le long des gradients de diamètre des arbres et de sévérité des feux implique qu'il peut être nécessaire de donner la priorité aux classes d'arbres les plus riches en espèces, comme les grands arbres moins affectés par le feu, tout en considérant également les besoins des espèces ayant des distributions particulières.

Dernière mise à jour :