Publications du Service canadien des forêts

Diversity, species richness, and abundance of spiders (Araneae) in different strata of boreal white spruce stands. 2013. Pinzon, J.; Spence, J.R.; Langor, D.W. Canadian Entomologist 145:61-76.

Année : 2013

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 34372

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.4039/tce.2012.93

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

Les araignées (Araneae) ont été échantillonnées sur le sol forestier, la strate arbustive ainsi qu’à plusieurs hauteurs de la strate arborée dans des peuplements dominés par l’épinette blanche (Picea glauca (Moench) Voss (Pinaceae)) pour évaluer la composition et de la diversité (alpha et bêta) de l'assemblage le long d'un gradient vertical (0–12 m au-dessus du sol). En tout, 3070 araignées adultes ont été collectées représentant 79 espèces dans 15 familles. C'est au sol que la richesse spécifique était la plus importante (40 espèces), suivit par la strate arborée (36 espèces) et la strate arbustive (33 espèces). La stratification verticale de l'assemblage d'araignées dans les échantillons était apparente car la richesse décroit clairement avec la hauteur. Le renouvellement d'espèces entre le sol, les arbustes et la strate arborée était évident ce qui suggère une composition d'espèces unique dans chaque strate végétale. Dans la strate arborée, la stratification était moins évidente mais la richesse spécifique et l'abondance des araignées étaient significativement liées à la hauteur à partir du sol et à la taille des branches. Étant donné le rôle des peuplements matures de conifères dans le maintien des espèces associées aux forêts, comprendre la structure de la diversité (alpha et bêta) à travers les strates est essentiel pour améliorer les connaissances afin d'optimiser les décisions prisent en aménagement forestier et permettre une conservation efficace de l'ensemble des espèces vivant en forêt boréale. Il est clairement important d'inclure un gradient vertical pour bien comprendre les impacts de la foresterie sur la biodiversité de la forêt boréale mixte.

Résumé en langage clair et simple

On a souvent recours aux araignées pour étudier comment les perturbations naturelles, comme la récolte de bois et le feu, affectent la biodiversité forestière et pour trouver des moyens de modifier les méthodes d’aménagement afin de mieux imiter les feux de végétation. Nous présentons un examen des espèces d’araignée qui se trouvent à diverses hauteurs dans les peuplements d’épinettes blanches. Cet examen sera suivi d’études des effets de divers types de récolte sur les araignées. Il s’agit du premier travail du genre dans l’Ouest canadien. Nous avons observé que la composition des espèces évolue, du sol à la strate arbustive, puis à mesure qu’on s’élève le long de la tige des arbres. Ces observations nous portent à suggérer que les études à venir de l’incidence de la récolte sur les espèces d’araignée devraient inclure aussi les araignées que l’on retrouve dans les strates supérieures du couvert forestier plutôt que de porter uniquement sur les espèces au sol. Cette constatation influera sur la conception des expériences futures, y compris celles qui seront menées dans le contexte du vaste projet de gestion de l’écosystème par imitation des perturbations naturelles (Ecosystem Management Emulating Natural Disturbance ou EMEND).

Dernière mise à jour :